Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

La musique
La chanson progressiste

« Sag mir, wo Du stehst » – Entre rock et folk, les chanteurs engagés en RDA

„Sag mir, wo Du stehst“ – Engagierte Sänger in der DDR zwischen Rock und Folk
Andreas Rauch

Résumés

La musique a certes toujours été un moyen propice à l’expression des sentiments et des idées, mais elle a également bien souvent servi à véhiculer des messages politiques. C’était notamment le cas en RDA de toute une culture musicale et d’un grand nombre de chansons dont les paroles étaient riches en allusions, métaphores ou paraboles.
La chanson « Sag’ mir, wo Du stehst » (mot à mot : « Dis-moi de quel bord tu es ») fut l’hymne phare de la Singebewegung. Composée par le lycéen Hartmut König en 1966, elle utilise des éléments de la chanson américaine « Which Side are you on ». Interprétée par le chanteur folk Pete Seeger, elle reprend une chanson composée en 1931 par Florence Reece, l’épouse d’un leader syndical des United Mine Workers dans le comté de Harlan, dans l’État de Kentucky. Cette chanson constitue une Kontrafaktur de la mélodie d’un hymne baptiste traditionnel gospel avec allitération « Lay the lily low ».
Nous nous proposons ici d’esquisser l’impact du triangle sémiotique entre musique, paroles et identité en montrant comment et pourquoi cette chanson et d’autres dans un registre similaire ont marqué toute une génération d’Allemands de l’Est dans les années 1960 jusqu’au tournant de 1989.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La musique a toujours été le moyen privilégié d’exprimer les sentiments et les émotions, néanmoins, elle a souvent servi à véhiculer des messages politiques. Ce fut notamment le cas en RDA de toute une culture musicale et d’un grand nombre de chansons dont les paroles étaient riches en allusions, métaphores et paraboles.

2En parcourant quelques-unes des chansons qui furent les grands succès des années 1950 jusqu’au tournant de 1989, nous tenterons de comprendre comment, et pourquoi, elles influencèrent si profondément toute une génération d’Allemands de l’Est. 

  • 1  L. Kirchenwitz, « Liedermacher, Folkszene und Singebewegung in der DDR », dans Friedrich-Ebert-Sti (...)

3D’après Lutz Kirchenwitz, c’est surtout la chanson politique qui a joué un rôle important en RDA. Elle était respectée, appréciée, voire redoutée1.

4La guerre idéologique entre les deux systèmes antagonistes, l’Ouest et l’Est, se reflétait dans les relations inter-allemandes. Les deux États allemands se comparaient l’un à l’autre en permanence. La RDA s’est dès l’origine présentée, selon une formule empruntée à Heinrich Mann, « comme la meilleure part de l’Allemagne», celle qui, héritière du mouvement ouvrier, était aussi porteuse de ses traditions démocratiques.

5Ce positionnement et ce besoin de justifier son existence traversent comme un fil rouge l’histoire politique et culturelle de l’Allemagne de l’Est. La chanson « Sag’ mir wo du stehst » (mot à mot : « Dis-moi de quel bord tu es ») en est un témoignage et devient l’hymne phare de la Singebewegung en RDA.

  • 2  La Jugendweihe fut à partir de 1955 un rite initiatique par lequel la jeunesse entrait dans la vie (...)

6Dans sa chronique Lignes de vie, Winfried Junge fait un commentaire laconique à propos de cette chanson. On y voit la Jugendweihe, littéralement le « sacre de la jeunesse », d’une classe de 8e. L’accompagnement musical est assuré par une chorale de jeunes pionniers porteurs du foulard rouge emblématique de leur engagement révolutionnaire mais deux d’entre eux, Marie-Luise et Elke n’en portaient pas. Ce simple indice vestimentaire montrait qu’elles n’avaient pas reçu le sacre communiste, mais la confirmation protestante ou la communion de tradition chez les catholiques2.

  • 3  Fondée en 1946 dans la zone d’occupation soviétique SBZ, la FDJ, Freie Deutsche Jugend, Jeunesse a (...)

7Le refrain de cette chanson qui voulait se positionner comme hymne politique de la FDJ3 et comme credo communiste, répétant à la façon d’une liturgie ou d’un moulin à prières la litanie selon laquelle il faut choisir son camp politique.

Marie-Luise evangelisch, Elke katholisch, das Lied sozialistisch.
Der Refrain wiederholt sich etwas oft.

« Marie-Louise protestante, Elke catholique, la chanson socialiste.
Le refrain est un peu répétitif. »

8Pourquoi cette chanson fut-elle si populaire en RDA au point de faire partie intégrante du Liedgut, du patrimoine de la Singebewegung, en devenant une vraie chanson à succès ?

9Nous allons d’abord esquisser le contexte socio-culturel et politique avant d’analyser les origines et les répercussions de cette chanson.

Le contexte socio-culturel et politique

10En 1949, année de la création de la RDA, Hanns Eisler composa sur les paroles de Johannes R. Becher l’hymne national Auferstanden aus Ruinen / Und der Zukunft zugewandt (« Ressuscitée des ruines / Et tournée vers l’avenir ») qui célébrait l’avènement d’une société nouvelle, porteuse d’une immense foi en l’avenir. D’autre part, la même année, parut l’hymne non-officiel du Parti socialiste unifié SED. Le chant du Parti « Le Parti a toujours raison » fut composé par le communiste germano-tchèque Louis Fürnberg. La version allemande devint officielle lors du IIIe Congrès du SED en 1950. Ce congrès, durant lequel le nouveau premier secrétaire du parti, Walter Ulbricht, fit devant des portraits géants de Marx, Engels, Lénine et Staline les louanges du Parti et de sa lutte contre les espions de l’Ouest et les trotskistes, entérina le pouvoir illimité du SED et prépara ainsi les épurations staliniennes au sein du parti. Le SED devint alors un parti monolithique apparenté au modèle soviétique. Cette chanson contribua à sa légitimation.

11Le culte du Parti est souligné dans la chanson par des expressions imagées, par exemple la métaphore animale de la hyène pour désigner l’ennemi ou la personnification du Parti présenté comme père ou mère (l’original allemand die Partei, de genre féminin, die Mutter der Massen), qui engendre et crée tout (Sie hat uns alles gegeben) ou encore comme une divinité à la fois juste et tendre (… hat sie uns leis nur gestreichelt…).

  • 4  Ernst Busch (1900-1980) était un chanteur, metteur en scène et acteur engagé à gauche. Pendant la (...)

12L’interprétation musicale rythmée de sa voix en staccato comme une marche de lutte par Ernst Busch4 est particulièrement réussie. En effet, le refrain est présenté comme une alternance entre le chant-narrateur pugnace de Busch, le refrain de la chorale : « Le Parti a toujours raison » et l’exemplification par les voix féminines : Wer das Leben beleidigt, Ist dumm oder schlecht, Wer die Menschheit verteidigt, hat immer recht. / « Celui qui fait du tort au prochain Est un imbécile ou un vilain, Celui qui défend l’humanité A toujours raison, lui. »

13Ce modèle emprunte le schéma de la ballade (forme strophique, rôle du refrain) entre épique (narration) et dramatique (dialogue entre chorale mixte et chorale de femmes, soliste et reprise en chœur par l’ensemble des choristes).

14La morale est ainsi présentée par les douces voix féminines : celui qui défend autrui a toujours raison. Ce schéma de l’exemplification et de la morale finale veut montrer qu’il n’y a pas de discussion démocratique possible : le Parti ayant tout créé, tout fait et combattant pour le droit, il a nécessairement toujours raison.

15Ce schéma est aussi emprunté des chanteurs de rue comme Gay l’a montré dans son Beggar’s Opera et Brecht et Weill dans l’Opéra de quat’sous.

16La morale finale n’est rien d’autre que le schéma de la complainte comme dans le fameux Mackie-le Surineur/Mack the Knife/Mackie Messer.

17Nous constatons des parallèles avec la tradition gospel (une structure en forme d’appel-réponse qui rappelle la musique africaine) et la tradition de la chorale religieuse ou des cantiques d’église dans la tradition luthérienne.

18Le culte du Parti qui se manifeste à travers cette chanson reprend la notion du parti communiste comme avant-garde du prolétariat présenté comme infaillible.

19Le message de la chanson reste inchangé, même sans le nom de Staline qui disparaît durant la période de dégel en URSS après le XXe Congrès du parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) en 1956.

20Version de 1952 :

So, aus Leninschem Geist,
Wächst, von Stalin geschweißt,
Die Partei – die Partei – die Partei.

C’est ainsi que, conçu par Lénine
Puis forgé par Staline,
grandit le Parti, le Parti.

21Version de 1956 :

So, aus Leninschem Geist,
wächst zusammengeschweißt
die Partei – die Partei – die Partei.

C’est ainsi que, conçu par Lénine
Puis soudé,
grandit le Parti, le Parti.

So, aus Leninschem Geist,
wächst im Kampfe geschweißt
die Partei – die Partei – die Partei.

C’est ainsi que, conçu par Lénine
Puis soudé dans la lutte,
grandit le Parti, le Parti.

  • 5  Conférence littéraire qui s’est tenue en 1959 à Bitterfeld en RDA. Les dirigeants de la RDA dont U (...)

22Trois ans plus tard, en 1959, à la première Conférence de Bitterfeld5, Ulbricht déclare :

  • 6  Cité dans M. Rauhut, Die Entwicklung der Unterhaltungsmusik in der DDR (Rock, Jazz) und im Transfo (...)

Es genügt nicht, die kapitalistische Dekadenz […] zu verurteilen. […]. Wir müssen etwas Besseres bieten6.

«Il ne suffit pas de condamner la décadence capitaliste […]. Nous devons proposer quelque chose de mieux. »

  • 7  Dans les années 1950, en RDA, les danses venant de l’ouest comme le boogie-woogie et le rock’n’rol (...)

23Dans cet esprit, Ulbricht voulait encourager une culture spécifique à la jeunesse est-allemande en réponse au succès des Beatles et des Rollings Stones et des danses de l’Ouest comme le rock’n’roll et le twist7. C’est ainsi que fut introduit par les autorités culturelles de la RDA le lipsi, appellation forgée à partir du nom latinisé des habitants de Leipzig, les Lipsiens. Élaboré par René Dubianski et le couple de professeurs de danse Christa et Helmut Seifert, le lipsiest une danse en mesure 6/4 qui a connu un certain succès avec l’interprétation de Helga Bauer en 1959. Le couple Seifert reçut la même année le Prix d’Art de la République démocratique allemande et créa même un messe-lipsi pour la foire de Leipzig.

24Le lipsi se voulait créatif, innovateur et surtout dirigé contre la menace de l’hégémonie américaine et l’influence capitaliste sur la jeunesse. Il s’agissait de créer une danse, une musique progressiste typiquement est-allemande et une publicité subventionnée par l’État, ce qui était pourtant rare en RDA !

25Mais toute la jeunesse est-allemande ne dansait pas au rythme du lipsi. La majorité désapprouvait cette politique culturelle dirigiste, et, refusant d’être maintenue sous tutelle par l’État, elle scandait comme les jeunes à Halle :

  • 8  W. Janse, Halbstarke in der DDR: Verfolgung und Kriminalisierung einer Jugendkultur, Berlin, 2010, (...)

Wir tanzen keinen Lipsi und nicht nach Alo Kroll [compositeur de musique populaire et d’opérette de la RDA], wir sind für Bill Haley und tanzen Rock’n’Roll8.

« On ne danse pas le Lipsi, on ne danse pas sur la musique d’Alo Kroll, on est pour Bill Haley et nous dansons / on danse le rock’n’roll. »

26Après la construction du Mur, en 1961, Ulbricht, tenta de donner à l’économie une plus grande efficacité avec le « Nouveau système économique de planification et de direction » (Neues Ökonomisches System der Planung und Leitung), qui devint plus tard le Nouveau système économique (NSE) et annonça lors du VIe Congrès du SED en janvier 1963 une nouvelle politique culturelle. La fermeture vers l’extérieur engendra une ouverture vers l’intérieur.

  • 9  Der Jugend Vertrauen und Verantwortung beim umfassenden Aufbau des Sozialismus, p. 9. Cité dans M. (...)

Wir wollen auf die wichtigsten Probleme aufmerksam machen, die beim umfassenden Aufbau des Sozialismus vor der Jugend stehen9.

« Nous voulons attirer l’attention sur les problèmes qui se présentent à la jeunesse dans la construction du socialisme. »

27Ulbricht se voulait visionnaire :

  • 10  M. Rauhut, p. 62.

Die Mädchen und Jungen von heute werden in wenigen Jahrzehnten Hausherren des sozialistischen Deutschland sein. Die Stunde der jungen Leute ist nunmehr gekommen10.

« Dans quelques décennies, tous ces jeunes d’aujourd’hui, filles et garçons, seront les maîtres de l’Allemagne socialiste. L’heure des jeunes gens est désormais venue. »

28Ce communiqué reflète bien la période de stabilisation et la petite libéralisation qui suivit la construction du Mur. Toute l’attitude bornée du passé à l’égard de la jeunesse, la mode, l’individualisme des jeunes et surtout le goût musical devaient être revus et adaptés au goût des jeunes. Ulbricht précisait :

  • 11  M. Rauhut, Rock in der DDR. 1964 bis 1989, Bonn, 2002, p. 27.

In der letzten Zeit gab es viele Diskussionen über bestimmte Tanzformen, hervorgerufen einerseits durch Einflüsse westlicher Unkultur und andererseits durch engstirnige Praktiken gegenüber Jugendlichen11.

« Ces derniers temps, il y a eu beaucoup de discussions sur certains genres de danses, qui ont vu le jour d’une part sous l’influence de la barbarie capitaliste, mais aussi du fait d’un certain nombre de pratiques à l’égard des jeunes, dictées par une attitude bornée. »

29Le positionnement du parti était clair :

  • 12  Ibid., p. 33.

Die Haltung der Partei […] ist klar und deutlich. Wir betrachten den Tanz als einen legitimen Ausdruck von Lebensfreude und Lebenslust. Niemandem fällt ein, der Jugend vorzuschreiben, sie solle ihre Gefühle und Stimmungen beim Tanz nur im Walzer- oder Tangorhythmus ausdrücken. Welchen Takt die Jugend wählt, ist ihr überlassen. Hauptsache, sie bleibt taktvoll12!

« Le positionnement du parti est clair et net. Nous considérons la danse comme une expression légitime de la joie de vivre. Personne n’aurait l’idée d’imposer à la jeunesse d’exprimer ses sentiments et son humeur dans des danses aux seuls rythmes de la valse et du tango. C’est à la jeunesse elle-même de choisir la cadence. Le plus important, c’est qu’elle maintienne la cadence. »

  • 13  Ibid., p. 27.

30En 1964, l’apparence typique de beaucoup de jeunes, les cheveux longs, les jeans créent un sentiment de liberté et d’indépendance. Le 10 juillet 1964, le journal officiel du SED Neues Deutschland lance un débat pour ou contre la beatlemania13. La FDJ tenta de canaliser la Beatlemania, en prenant en charge les groupes de danseurs amateurs qu’elle supervisait complètement. Le groupe The Lunics fut rebaptisé Die Puhdys. Il devint plus tard le groupe phare et modèle du rock socialiste en RDA. Il en va de même de The Butlers, groupe dont le style était aux antipodes, et dont le leader, Klaus Jentzsch alias Renft, était célébré même par le Neues Deutschland.

  • 14  Neues Deutschland du 04/04/1965, p. 7. Cité dans Rauhut, 2002, p. 28.

Sobald die Musik einsetzt, gleicht die Tanzfläche einem aufgewühlten Meer. Es ist eine ganze Generation, die hier tanzt, mit einem anderen Rhythmus. Dabei geht es ausgesprochen manierlich zu14.

« Dès que la musique retentit, la piste ressemble à une mer déchaînée. C’est toute une génération qui danse ici, sur un autre rythme. Ils se comportent de façon très correcte. »

  • 15  Le terme Hootenanny vient d’un dialecte indien et signifie un mot substitut comme « trucmuche » pa (...)

31La RDA connut aussi un mouvement qui rappelait les Hootenannies, ces réunions musicales hebdomadaires spontanées inventées à New York dans les années 1950 par Woody Guthrie et Pete Seeger. Ce mouvement fut importé par le chanteur canadien Perry Friedman que le SED avait invité en 1959 à l’Académie de Musique Hanns Eisler à Berlin-Est. Ce dernier anima au Club Hootenanny des soirées-rencontres qui, souvent, donnèrent lieu à des forums et des débats sur des problèmes socio-politiques15.

32La XIe Assemblée plénière du Comité central du SED en 1965, que les observateurs de l’Ouest qualifièrent de « table rase » (« Kahlschlag-Plenum »), provoqua un coup de froid dans la politique culturelle. Le Parti voulut créer une politique culturelle spécifiquement est-allemande et se démarquer de toute influence occidentale capitaliste, symbolisée par la langue anglaise. Se référant au tube des Beatles « She loves you yeah yeah yeah », Ulbricht résume cette nouvelle doctrine politique comme suit :

  • 16  Rauhut, 2002, p. 164.

Ist es denn wirklich so, dass wir jeden Dreck, der vom Westen kommt, nur kopieren müssen? Ich denke, Genossen, mit der Monotonie des Jay-Jeh-yeh (sic!), und wie das alles heißt, ja, sollte man doch Schluss machen16.

« Je suis d’avis, camarades, qu’on devrait en finir avec la monotonie du Jay-Jeh-yeh (sic !) […]. Devons-nous vraiment copier toutes les saletés qui nous viennent de l’Ouest ? »

33Le mot d’ordre était à l’époque de prendre position pour l’État communiste qu’était la RDA et de se démarquer clairement de l’Ouest. Ce message fut en adéquation totale avec les paroles de Hartmut König, l’un des pères fondateurs du club Hootenanny de Berlin.

« Sag mir, wo Du stehst » – Origines et répercussions d’un hymne phare de la jeunesse

34Composée par le lycéen Hartmut König en 1966, la chanson devint un vrai tube grâce à sa composante musicale qui réunit le beat et le gospel et ses paroles qui demandaient un positionnement clair à la manière d’une profession de foi communiste. Comme dans le « Chant du Parti » il n’y avait pas de discussion, il fallait prendre position :

« Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui ne rassemble pas avec moi disperse. » (Matthieu 12, 30)

35Un parallèle de plus avec le « Chant du Parti » : König utilise l’injonction : « Dis-moi de quel bord tu es » comme refrain et suit le même schéma que « Le Parti a toujours raison » où l’impératif « Sag mir, wo Du stehst » (« Dis-moi de quel bord tu es ! ») est répété 24 fois.

36Rappelons-nous le commentaire de Junge dans Lignes de Vie : « Le refrain est un peu répétitif. » Mais le plus important est le caractère endoctrinant de la mélodie qui va de pair avec les paroles. « Sag mir wo du stehst » : Il s’agit de prendre position pour la RDA et de ne pas succomber aux tentations idéologiques. (« Du kannst nicht bei uns und bei ihnen genießen. ») Puis suit l’exemplification et une logique téléologique. Se positionner veut dire : « Tu dois te décider, aller de l’avant vers le communisme ou vers le passé, le capitalisme. » Il ne faut pas se taire, c’est-à-dire rester neutre, sinon la vie n’a pas de sens (composante téléologique : il faut savoir où l’on va).

37La troisième strophe montre la conséquence : NOUS, c’est-à-dire le Parti, prend le droit de connaître la position, l’idée de chacun. Car appeler quelqu’un par son VRAI nom signifie connaître ses véritables intentions que l’on veut contrôler. Il ne faut pas faire semblant d’acquiescer, « nickende Masken », le Parti veut tout contrôler et connaître ses amis et surtout ses ennemis !

38L’arrangement moderne (rythme syncopique en forçant l’accent sur « du STEHST », sur le fait de prendre position avec des éléments du rock et du jazz avec guitare électro-acoustique crée un veritable tube.

39La mise en musique par l’utilisation des triolets sur zurück oder vorwärts: du musst dich entschließen / wir bringen et Du kannst nicht bei uns und bei ihnen genießen, denn wenn du im Kreis gehst, dann bleibst du zurück traduit bien le message du texte en illustrant le va-et-vient entre la prise de décision et le fait « de tourner en rond », d’être, pour ainsi dire « désorienté » : « Car si tu tournes en rond, tu ne progresses pas. »

  • 17  Cette chanson fait partie du répertoire des classes de 5e à la 10e. Voir le Conseil des ministres (...)

40 Quant à notre chanson « Sag mir wo du stehst », elle fut le catalyseur et l’hymne de la Singebewegung, des ensembles choraux inspirés et contrôlés par la FDJ, et deviendra le répertoire standard des programmes d’enseignement musical dans l’enseignement dans les écoles secondaires de la RDA17.

  • 18  Musik Klasse 7/8 Unterrichtshilfen, p. 171, Volk und Wissen, 1985.

41Le guide pédagogique pour la classe de 7e précise la démarche didactique : présentation de la chanson, récitation de la chanson en groupe, élaboration du message et de la représentation artistique (Darbieten, Mitsingen, Kennzeichnen der Aussage und ihrer künstlerischen Gestaltung)18.

42Le guide pédagogique ajoute le conseil pédagogique de la systématisation de la « question répétée en permanence » : la décision claire de chacun des élèves dans la lutte des classes, les repères convaincants comme aide à la décision, l’insistance de la mélodie et de l’accompagnement.

43La mélodie de la parole et la fin sous forme d’interrogation sont illustrées par la dominante comme fin ouverte du refrain : « quel chemin tu suis ».

44Le but est l’endoctrinement du public, surtout de la jeunesse : prendre clairement position pour la RDA, attirer la jeunesse est-allemande par le style de la chanson, à savoir des éléments folk et rock en répétion permanente du slogan « Sag mir wo du stehst ».

45Avec cette chanson, König exprimait parfaitement l’état d’âme de l’époque du Conseil central de la FDJ (FDJ-Zentralrat) qui se méfiait des anglicismes des folkies comme folksong et surtout des Hootenannies. Dans le « Communiqué concernant l’évolution du chant au sein da la Jeunesse libre allemande FDJ » (Beschluss über die Entwicklung des Singens in der FDJ) de la même année, en 1966, on apprend que :

  • 19  Beschluss über die Entwicklung des Singens in der Freien Deutschen Jugend, dans Junge Generation 1 (...)

Diese Musizierart hat Parallelen im kapitalistischen Ausland. Daraus ergeben sich besondere politisch-ideologische Aufgaben. Es ist darauf Einfluss zu nehmen, dass diese jungen Sänger unsere politischen Kampfziele zum Inhalt ihrer Lieder und ihrer Programmmgestaltung machen und das politische Niveau des pazifistischen Protestsongs überwinden19.

« Ce genre de musique a des parallèles à l’étranger dans les pays du bloc non-communiste, ce qui nous impose des tâches spécifiques. Il nous faudra porter toute notre attention et exercer notre influence sur le fait que ces jeunes chanteurs intègrent nos objectifs de lutte politique comme contenu de leurs chansons et de leurs programmes et dépasser le stade des chansons de protestation pacifiste. »

46Le conseil central de la FDJ impose en 1967 comme chantage à la cellule du district de Berlin-Est un choix crucial : soit un changement de nom, soit une suppression de subventions. Le Hootennany se situe dans la tradition de Pete Seeger et de Perry Friedman qui voulait être un grass root mouvement, un melting pot de différents styles et dont les membres fondateurs furent entre autres Bettina Wegner à Berlin, qui apprécia le Hootenanny pour des sessions spontanées sans censure, ou l’acteur Manfred Krug avec des concerts jazz et le fameux groupe de Klaus Jentzsch Renft à Leipzig. Ce groupe phare Hootenanny fut officiellement rebaptisé Oktoberklub (« club d’octobre »), une allusion à la révolution d’Octobre 1917 en Russie. Wegner est contrainte de quitter ce groupe suite à cette décision.

47Le répertoire fut complètement remanié et le public souvent choisi par la FDJ et la presse devait témoigner de l’enthousiasme des jeunes pour les chants ouvriers. Ce remaniement marginalisa aussi sur le plan linguistique et socio-culturel l’idée fondatrice de Seeger aux États-Unis et celle de Friedman qui avait importé ce concept en RDA et qui évidemment chantait en anglais. Les chansons de l’Oktoberklub devaient être interprétées prioritairement en allemand par les « chemises bleues » de la FDJ.

  • 20  Märzrevolution – Révolution de mars : allusion à la révolution qui éclata en France en février 184 (...)
  • 21  Junge Welt du 09/05/1967 cité dans Die Singebewegung der FDJ. Lieder und Leute Verlag Neues Leben, (...)

48Le Journal Junge Welt, journal officiel de la FDJ, loua ce remaniement et les chants de masse (Massensingen) comme « Révolution musicale de mars20 » et comme « Printemps de chansons » (Liederfrühling, der zur großen Singebewegung wurde21).

  • 22  O. Schäfer, Pädagogische Untersuchungen zur Musikkultur der FDJ, Berlin, 1998, p. 211-213.

49Le terme de Singebewegung fut officiellement prononcé par Ulbricht lors de son communiqué final du VIIe Congrès du SED en 1967 pour illustrer l’utilité et la nécessité du chant22.

Kontrafaktur d’un hymne baptiste, d’une chanson folk américaine et d’une ballade anglaise

50Nous avons déjà évoqué le contexte historique et socio-culturel de la chanson « Sag mir wo du stehst ». La popularité de cette chanson vient surtout de sa mélodie rengaine typique du gospel.

  • 23  Il s’agit d’un arrangement musical à partir d’un hymne traditionnel.
  • 24  E. Fowke et J. Glazer, Songs of Work and Protest, New York, 1973, p. 55.

51La chanson composée par Hartmut König constitue une Kontrafaktur23 de la mélodie d’un hymne baptiste traditionnel gospel avec allitération Lay the lily low24.

  • 25  La technique de Kontrafaktur est déjà très utilisée chez Luther qui intègre pour ses cantiques des (...)

52Cette technique de Kontrafaktur (de contra : « contre » et facere : « faire ») représente une sorte d’intertextualité mélodique et rythmique. La mélodie originale est ré-utilisée et un texte nouveau est créé et chanté. L’avantage de la Kontrafaktur est que la mélodie est très connue par le public et facilite ainsi la transmission de la chanson nouvelle25.

53Le refrain de l’ancienne mélodie gospel avec l’allitération Lay the lily low (« Cache Lily ») est transformé en anglais en une question : Which side are you on? (« De quel côté êtes-vous ? » ou bien : « De quel côté es-tu ? ») et la version transformée est-allemande ne pose plus de questions mais utilise une phrase exclamative : Sag mir, wo du stehst!

54Pour sa version, le chanteur folk Pete Seeger reprit une chanson composée en 1931 par Florence Reece, l’épouse d’un leader syndical des United Mine Workers dans le comté de Harlan, Kentucky, à la suite d’une lutte violente des mineurs avec les propriétaires de la mine et leurs forces de sécurité privée. Cette grève, très dure, opposa les mineurs à la Garde nationale et aux gangsters embauchés par le shérif J. H. Blair qui n’hésitèrent pas à saccager des maisons de mineurs et à assassiner des militants. Après le départ de ces hommes, Florence Reece écrivit les paroles de « Which side are you on? » sur un calendrier accroché au mur de leur cuisine. Elle emprunta l’air d’un hymne baptiste qu’elle connaissait depuis son enfance, Lay the Lily low. On peut l’entendre chanter sa chanson lors d’une autre grève de 180 mineurs du Comté de Harlan en 1973, dans le documentaire réalisé en 1976 par Barbara Kopple : « Harlan County U.S.A. ».

55Dans la version de Hartmut König, le banjo du folk song de Pete Seeger est remplacé par la guitare. L’accompagnement musical, encore populaire chez Seeger, est remplacé par des percussions pour souligner explicitement le message politique de König.

56La chanson « Which Side are you on? » suit le schéma typique d’un exemplum. Dans l’antiquité classique, un exemplum était un récit présenté comme véridique, à des fins d’édification. La première strophe donne le cadre : le vieux Oyez oyez de l’ancien français ce qui correspond aussi à la tradition des complaintes des chanteurs des rues que nous avons évoquée plus haut.

« Venez vous tous qui travaillez bien » : good workers .

57Il ne s’agit pas d’une complainte stricto sensu mais d’une bonne nouvelle dans le sens quasi-religieux (frohe Botschaft) : « Comment le vieux bon syndicat s’est installé pour de bon à Harlan. » La fonction de ce cadre est le positionnement historique comme un récit étiologique, récit qui explique l’origine d’une tradition. Les deux chansons suivent le même schéma narratif avec leur refrain en quatrains qui donne le message Which side are you on / Sag mir wo du stehst.

58Suit la contextualisation « You’ll either be a union man or a thug for JH Blair », il faut prendre position, se positionner, comme dans « Sag mir wo du stehst », à savoir ou bien être syndicaliste, ou bien être au service de J. H. Blair.

59La strophe suivante donne en exemple la biographie du narrateur qui est mineur comme son père : My daddy was a miner / « Mon père était mineur et c’est pour ça qu’il soutiendra le syndicat jusqu’à la lutte finale et la victoire » : jusqu’à ce que nous ayons gagné la bataille.

60La dernière strophe ferme le cadre avec une injonction : c’est un impératif, un appel au peuple, aux ouvriers.

61Le parallélisme est renforcé dans la dernière strophe : « Ne brisez pas les grèves pour les chefs, n’écoutez pas leurs mensonges », très efficace en anglais par la construction négative DON’T. Suit l’explication « CAR Nous les pauvres n’avons aucune chance, À moins de nous organiser ». Le parallèle intertextuel avec la célèbre formule de Marx : « Nous n’avons rien à perdre que nos chaînes » semble évident :

  • 26  Karl Marx, Manifeste du parti communiste, traduction de MEW, t. 4, p. 493. Florence Reece cite ce (...)

« Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !26 »

62Nous avons vu ainsi comment la forme simple et répétitive de la mélodie d’un vieil hymne d’un chant baptiste a permis d’appliquer la technique de la Kontrafaktur.

63Le folkloriste britannique A. L. Lloyd souligne des parallèles entre la mélodie baptiste « Lay the lily low » et la version d’une ballade britannique « Jack Munro », utilisant Lay the lily O/low comme refrain. La collection de ballades de l’université d’Oxford sur <http://www.bodley.ox.ac.uk/​ballads/​> donne une entrée impressionnante d’une centaine de variantes possibles.

  • 27  Voir « Which side are you on ».
  • 28  La captatio benevolentiae est un procédé rhétorique cher aux orateurs latins qui sert à nouer un l (...)
  • 29  C’est l’indice pour le contexte historique : en 1714, la couronne britannique échut à l’électeur d (...)

64De toutes ces sources, nous retenons ici « Lily Munro » et « Jack Munro », pour proposer un tableau synoptique. Le schéma narratif de la ballade avec la formule de présentation : « Il était une fois… » There was… est conservé27. Le commentaire du narrateur omniscient : « Ce que je vais vous raconter, c’est la pure vérité » est la formule de la captatio benevolentiae28. Le cadre narratif reste inchangé dans toutes les versions : un riche marchand qui vivait soit à Londres, soit à Chatham (selon les versions) avait une fille unique qui aimait Jacques le jeune navigateur. Le père ne voulait pas de cette relation et obligea Jacques à s’enrôler dans les guerres d’Allemagne29. Sa bien-aimée se déguisa en homme et prit le nom de Jack-a-Roe ou Jack Monroe, Jack Munro, Jackie Monroe, Jack-A-Roe, Jackaroe, Jackaro, Jackie Frazier, Jack the Sailor, Jack Went A-Sailing. La jeune fille choisit son camp (« Sag mir wo du stehst ») et malgré sa minceur et sa petite taille se battit courageusement telle une Jeanne d’Arc moderne dans les Flandres françaises et soigna Jacques blessé par un boulet des Français.

65De la structure de la ballade, on retrouve le cadre (Balladenrahmenstrophe), la forme dramatique, la forme strophique, le rôle du refrain, et le dénouement : le happy end, le mariage du couple et comme une adresse au public : « Et pourquoi pas toi et moi ? » ou bien le geste magnanime de la reine de donner cinq cents guinées comme cadeau au couple qui nous rappelle le Deus ex machina de L’Opéra de quat’ sous avec l’ordre in extremis de la Reine de libérer Macky Messer.

66Il est enfin intéressant de constater qu’en 1965, Bob Dylan dans sa chanson « Desolation row » (« L’allée de la désolation ») se refère directement à la chanson de Florence Reece « Which Side are you on » en créant une vision apocalyptique de l’avenir, à l’antipode de l’hymne « Sag mir wo du stehst » de Hartmut König qui verra le jour l’année suivante : À quoi bon savoir « de quel bord tu es » (Sag mir wo du stehst), si tu es sur le Titanic ? Quelle différence cela fait-il d’être dans un camp ou dans un autre, si l’on voyage à bord du Titanic ?

  • 30  Kirchenwitz, p. 46.
  • 31  V. Braun : « Was gefällt dir an der Singebewegung? Antwort auf eine Rundfrage. », dans V. Braun, E (...)
  • 32  Ibid., p. 47.
  • 33  « Modellhafte Gemeinschaft, in der integrative Prozesse der Künste wie der Gesellschaft ihren Ausd (...)

67Le mouvement de la Singebewegung se répand et, malgré un certain formalisme, permet aux jeunes de trouver une « niche » pour fuir le bureaucratisme du travail au sein de la FDJ30. L’écrivain Volker Braun31 verra en 1975 dans la Singebewegung « une communauté modèle32 » dans laquelle « trouvent leur expression les procédés d’intégration des arts ainsi que ceux de la société33. »

68En tant que membre de l’Oktoberklub Berlin, Elke Bitterhof composa en 1968 une suite à la chanson de Hartmut König intitulée Überlegung (« Réflexion »). Le schéma narratif est le même : le refrain martèle le message politique incitant à prendre position (Sag mir wo du stehst), et dans les strophes, Bitterhof donne des exemples à la manière d’un exemplum. Le titre de König sera spécifié dans la dernière strophe : dans le débat politique, il faut trouver le bon chemin pour ne pas être « désorienté ». Il ne faut pas seulement, comme l’exige Hartmut König, prendre position et montrer son vrai visage (zeig dein wahres Gesicht), mais aussi dire ouvertement devant les autres ce que l’on pense :

D’rum du musst wissen, was du willst
und musst auch sagen, was du denkst,
dann fällt es dir nicht schwer, es richtig zu entscheiden.

« C’est pourquoi tu dois savoir ce que tu veux
et tu dois aussi dire ce que tu penses
et ainsi il ne te sera pas difficile de prendre la bonne décision. »

  • 34  Die Gedanken sind frei : un des chants populaires recueillis et adaptés par A. von Arnim et C. Bre (...)

69Cela signifie une radicalisation du message par rapport à la chanson de König. On veut contrôler non seulement les opinions politiques, mais aussi la pensée, comme dans un nouveau 1984 d’Orwell. Du musst sagen, was du denkst porteun message diamétralement opposé à celui du verset du chant populaire Die Gedanken sind frei (« Les pensées sont libres34 ») qui prône l’indépendance de l’opinion.

Conclusion

70Cette approche du monde musical est-allemand des années 1950 à 1989 nous a permis de mettre en lumière les divers moyens mis en œuvre pour le système politique en place afin de créer une chanson « progressiste », qui était chargée de façonner une culture spécifiquement est-allemande. Pour atteindre un tel objectif, l’État communiste a dû adopter une position particulièrement intransigeante, comme le montre l’injonction pressante de la chanson « Sag mir, wo Du stehst » : « Dis-moi de quel bord tu es ». Mais les fluctuations politiques du pouvoir, qui hésitait entre gel et dégel, entre stalinisation et libéralisation, créaient une situation difficile pour de nombreux chanteurs qui oscillaient entre l’affirmation de leur identité d’artiste est-allemand et une attitude de non-conformisme et d’opposition, en tentant, sous l’œil vigilant des autorités est-allemandes, de transmettre un message politique à un public élargi.

71Finalement, la chanson est-allemande n’apparaît pas seulement comme un moyen insidieux de conforter le système en place, mais aussi comme une tentative habile pour s’en affranchir.

Haut de page

Bibliographie

Braun Volker, « Was gefällt dir an der Singebewegung? Antwort auf eine Rundfrage », dans V. Volker, Es genügt nicht die einfache Wahrheit, Notate, Leipzig, 1975.

Dupas Hervé et Bennert Uwe, Lexique de civilisation germanique, Paris, 1998.

Dübel Siegfried (éd.), Dokumente zur Jugendpolitik der SED, München, 1964.

Fabre-Renault et al., La RDA au passé présent : reflectures critiques et réflexions pédagogiques, Paris, 2006.

Fowke Edith et Glazer Joe, Songs of Work and Protest, New York, 1973.

Für wen wir singen, Liedermacher in Deutschland, Hambergen, Bear Family Records, 2008.

Jansen Wiebke, Halbstarke in der DDR: Verfolgung und Kriminalisierung einer Jugendkultur, Berlin, 2010.

Kirchenwitz Lutz, « Liedermacher, Folkszene und Singebewegung in der DDR », dans Friedrich-Ebert-Stiftung (Meck.-Pomm.), Lied und soziale Bewegung e.V. (éd.), Lieder aus einem verschwundenen Land, Berlin, 1999.

Kirchenwitz Lutz et al., Lieder und Leute. Die Singebewegung der FDJ, Berlin, 1982.

Ministerium für Volksbildung der DDR, Lehrplan Musik, Klasse 5 bis 10. Berlin, 1988.

Ministerium für Volksbildung der DDR, Musik Klasse 7/8 Unterrichtshilfen, Berlin, 1985.

Mortier Jean, « Révolution par la chanson ? Liedermacher et “révolution” de 1989 en RDA », dans G. Rémy et al., Écritures de la révolution dans les pays de langue allemande, Saint-Étienne, 2003.

Rauhut Michael, Rock in der DDR, Bonn, 2002.

Schäfer Olaf, Pädagogische Untersuchungen zur Musikkultur der FDJ, Berlin, 1998.

Schubert Lothar (éd.), Musik. Lehrbuch für die Klassen 11 und 12, Berlin, 1974.

Yèche Hélène, « Die Puhdys : Rock socialiste et identitaire à l’Est », Allemagne d’aujourd’hui, no 177, juillet-septembre 2006, p. 89-102.

Haut de page

Notes

1  L. Kirchenwitz, « Liedermacher, Folkszene und Singebewegung in der DDR », dans Friedrich-Ebert-Stiftung (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, Lied und soziale Bewegung e.V. (éd.), Lieder aus einem verschwundenen Land, Berlin, 1999, p. 4-13, ici p. 4.

2  La Jugendweihe fut à partir de 1955 un rite initiatique par lequel la jeunesse entrait dans la vie active à la fin de sa scolarité dans la vie active. Elle fut instaurée par l’État pour concurrencer la confirmation protestante et la communion catholique. Cette scène comporte pour un natif de la RDA une touche de satire car Marie-Luiseet Elke, respectivement protestante et catholique, bien qu’étant les seules à ne pas porter de foulard rouge, chantent à l’unisson avec leurs camarades : Sag mir wo du stehst! (« Dis-moi de quel bord tu es ! ») et ce faisant se positionnent malgré elles ! La Jugendweihe était théoriquement facultative bien que, en réalité, difficile à éviter pour tous ceux qui voulaient poursuivre des études.

3  Fondée en 1946 dans la zone d’occupation soviétique SBZ, la FDJ, Freie Deutsche Jugend, Jeunesse allemande libre, était devenue en RDA l’organisation de masse unique pour les jeunes à partir de 14 ans. Entre 6 et 14 ans, les enfants étaient regroupés dans les Junge Pioniere (Jeunes Pionniers) (port d’un foulard bleu) et les Thälmann-Pioniere (foulard rouge, les pionniers prêtaient serment au leader ouvrier : « Ernst Thälmann est mon modèle, je prête serment d’apprendre, de travailler et de lutter selon l’exemple de Thälmann. »)

4  Ernst Busch (1900-1980) était un chanteur, metteur en scène et acteur engagé à gauche. Pendant la guerre civile espagnole, il combattait le fascisme par ses chansons, devant les membres des Brigades internationales. À la fin de la seconde guerre mondiale, il fut libéré par l’Armée Rouge. Il travailla pour le Berliner Ensemble, jouant dans des pièces de Brecht. En même temps, il interprèta des chansons de Hanns Eisleret des chants de travailleurs.

5  Conférence littéraire qui s’est tenue en 1959 à Bitterfeld en RDA. Les dirigeants de la RDA dont Ulbricht demandèrent aux écrivains de se familiariser avec la production et aux travailleurs de se mettre à l’écriture. Le slogan de ce cette opération fut : « Camarade, prends la plume. » (Greif zur Feder, Kumpel.) Voir. H. Dupas, Lexique de civilisation germanique, Paris, 1998, p. 61.

6  Cité dans M. Rauhut, Die Entwicklung der Unterhaltungsmusik in der DDR (Rock, Jazz) und im Transformationsprozeß, dans Deutscher Bundestag (éd.), Materialien der Enquete-Kommission: „Überwindung der Folgen der SED-Diktatur im Prozeß der deutschen Einheit“ (13. Wahlperiode des Deutschen Bundestages), Bd. IV/2. Bildung, Wissenschaft, Kultur. Baden-Baden, 1999, p. 1790.

7  Dans les années 1950, en RDA, les danses venant de l’ouest comme le boogie-woogie et le rock’n’roll étaient encore qualifées de « poison barbare de l’américanisme ». Expression métaphorique et inquisitoire du musicologue Ernst Hermann Meyer dans Musik im Zeitgeschehen, Berlin, Verlag Bruno Henschel und Sohn, 1952, p. 162.

8  W. Janse, Halbstarke in der DDR: Verfolgung und Kriminalisierung einer Jugendkultur, Berlin, 2010, p. 108.

9  Der Jugend Vertrauen und Verantwortung beim umfassenden Aufbau des Sozialismus, p. 9. Cité dans M. Rauhut, p. 63 et S. Dübel (éd.), Dokumente zur Jugendpolitik der SED, München, 1964, p. 75.

10  M. Rauhut, p. 62.

11  M. Rauhut, Rock in der DDR. 1964 bis 1989, Bonn, 2002, p. 27.

12  Ibid., p. 33.

13  Ibid., p. 27.

14  Neues Deutschland du 04/04/1965, p. 7. Cité dans Rauhut, 2002, p. 28.

15  Le terme Hootenanny vient d’un dialecte indien et signifie un mot substitut comme « trucmuche » par exemple comme dans la phrase « Donne-moi ce hootenanny ». « Hootenanny » était aussi une expression utilisée pour désigner une « fête », ce qui explique la signification actuelle de « fête de musique folk ».

16  Rauhut, 2002, p. 164.

17  Cette chanson fait partie du répertoire des classes de 5e à la 10e. Voir le Conseil des ministres de la République démocratique allemande, ministère de l’Éducation nationale. Programme d’enseignement musical pour les classes de la 5e à la 10e année, 1989, p. 51. Pour les classes du bac, les classes de la 11e et 12e année, la chanson figurait encore dans les éditions jusqu’en 1976. À partir de la 2e édition en 1980, la chanson ne faisait plus partie des chansons chantées mais seulement écoutées. Voir Programme d’enseignement musical pour les classes de la 5e à la 10e année, 1988. En 1989, année du tournant, la FDJ édita le FDJ Studentenliederbuch, un florilège de chansons populaires et des chansons de la Singebewegung dont Sag mir wo du stehst.

18  Musik Klasse 7/8 Unterrichtshilfen, p. 171, Volk und Wissen, 1985.

19  Beschluss über die Entwicklung des Singens in der Freien Deutschen Jugend, dans Junge Generation 11, 1966. Cité dans L. Kirchenwitz, 1999, p. 35.

20  Märzrevolution – Révolution de mars : allusion à la révolution qui éclata en France en février 1848 et entraîna la chute de Louis-Philippe et la proclamation de la République et qui fit au mois de mars des émules de l’autre côté du Rhin.

21  Junge Welt du 09/05/1967 cité dans Die Singebewegung der FDJ. Lieder und Leute Verlag Neues Leben, Berlin, 1982, p. 127.

22  O. Schäfer, Pädagogische Untersuchungen zur Musikkultur der FDJ, Berlin, 1998, p. 211-213.

23  Il s’agit d’un arrangement musical à partir d’un hymne traditionnel.

24  E. Fowke et J. Glazer, Songs of Work and Protest, New York, 1973, p. 55.

25  La technique de Kontrafaktur est déjà très utilisée chez Luther qui intègre pour ses cantiques des mélodies connues des pratiquants.

26  Karl Marx, Manifeste du parti communiste, traduction de MEW, t. 4, p. 493. Florence Reece cite ce passage en anglais : « We have nothing to lose but our chains » sans donner le nom de l’auteur.

27  Voir « Which side are you on ».

28  La captatio benevolentiae est un procédé rhétorique cher aux orateurs latins qui sert à nouer un lien direct avec l’auditeur, par l’établissement d’un rapport de sympathie avec lui en vue d’obtenir son adhésion au discours prononcé. Littéralement, c’est la « séduction des esprits » (Ce que fait aussi Florence Reece : « Venez vous tous qui travaillez bien » pour montrer de l’empathie et gagner la sympathie du public.)

29  C’est l’indice pour le contexte historique : en 1714, la couronne britannique échut à l’électeur de Hanovre, qui devint roi, sous le nom de George Ier de Grande-Bretagne. Les premiers souverains de la maison de Hanovre étaient donc allemands ; George Ier, qui ne parlait pas anglais, résidait le plus souvent à Hanovre. Entre 1739 et 1763, la Grande-Bretagne fut presque continuellement en guerre. Au conflit avec l’Espagne vint s’ajouter, en 1740, la guerre de Succession d’Autriche, qui allia la Prusse, la France et l’Espagne contre l’Autriche. La Grande-Bretagne s’allia à cette dernière, et les armées et la flotte britanniques combattirent les Français en Amérique du Nord et en Inde, où les compagnies commerciales anglaises et françaises s’affrontaient pour étendre leur influence. La guerre de Succession d’Autriche prit fin au traité d’Aix-la-Chapelle en 1748.

30  Kirchenwitz, p. 46.

31  V. Braun : « Was gefällt dir an der Singebewegung? Antwort auf eine Rundfrage. », dans V. Braun, Es genügt nicht die einfache Wahrheit, Notate, Leipzig, 1975, p. 84.

32  Ibid., p. 47.

33  « Modellhafte Gemeinschaft, in der integrative Prozesse der Künste wie der Gesellschaft ihren Ausdruck finden. »

34  Die Gedanken sind frei : un des chants populaires recueillis et adaptés par A. von Arnim et C. Brentano dans leur receuil Des Knaben Wunderhorn (Le cor enchanté de l’enfant).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andreas Rauch, « « Sag mir, wo Du stehst » – Entre rock et folk, les chanteurs engagés en RDA », ILCEA [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 04 juillet 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://ilcea.revues.org/1413

Haut de page

Auteur

Andreas Rauch

Technische Universität Chemnitz / Université de Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org