Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

La Commémoration de l’abolition du servage en Russie

Commemoration of the abolition of serfdom in Russia
Юбилей отмены крепостного права
Marie Jego

Résumés

En rendant hommage, le 3 mars 2011, au tsar libérateur Alexandre II et à ses réformes, le président de l’époque, Dmitri Medvedev avait voulu les associer à son propre programme de « modernisation de la Russie », mais il a été éclipsé par le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en mars 2012. La commémoration de l’abolition du servage en Russie a donné lieu à des conférences, des articles, des colloques dont celui de l’Église orthodoxe à la cathédrale du Saint-Sauveur, mais le thème n’était pas porteur. En quête d’identité depuis l’effondrement de l’URSS, Vladimir Poutine veut restaurer l’image d’une Russie forte et glorieuse. Or, selon l’opinion générale, l’abolition du servage était un événement peu glorieux, « mal pensé » et Alexandre II, un tsar faible. Pour réveiller le sentiment patriotique, il convient de valoriser 1612, la victoire sur les Polonais, 1812, la victoire sur la France de Napoléon, 1945, la victoire sur l’Allemagne nazie.
La Russie doit être dirigée par un « homme fort ». Vladimir Poutine a choisi pour modèle Piotr Stolypine, le ministre à poigne de Nicolas II, aussi populaire que le prince Alexandre Nevski et Staline, mais il restaure en même temps une bonne partie de la symbolique soviétique. La perspective de voir le tsar Poutine régner sur la Russie durant un quart de siècle déplaît à ceux qui avaient cru aux discours modernisateurs de Dmitri Medvedev : ils dénoncent l’incompétence des dirigeants qui mènent la Russie à un déclin, à une « stagnation », comparable à celle de l’ère de Brejnev. Seront-ils entendus ?

Haut de page

Texte intégral

1On prête parfois à l’actuel premier ministre russe Dmitri Medvedev une forte ressemblance physique avec le tsar Nicolas II. Toutefois, durant son mandat de président (2008-2012), c’est sous le portrait d’Alexandre II, le tsar « libérateur » qui abolit le servage en 1861, que M. Medvedev recevait ses hôtes et signait ses oukases au Kremlin. Une photographie datée du 13 septembre 2011 le représente dans son bureau aux côtés du premier ministre britannique David Cameron avec, au second plan, une peinture du « libérateur » dans son cadre ovale doré.

2Partisan d’une politique de réformes en profondeur pour son pays, un projet dévoilé dès 2009 dans son manifeste « La Russie en avant ! », Dmitri Medvedev a rendu un hommage appuyé à Alexandre II à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition du servage en Russie, le 3 mars 2011. Prenant la parole lors d’une conférence intitulée « Grandes réformes et modernisation de la Russie », ce jour-là à Saint-Pétersbourg, il a exprimé son attachement « au chemin tracé il y a un demi siècle » tout en prenant soin de préciser que les transformations devaient être « mesurées, rationnelles et progressives ».

3Au cours de la conférence, le président russe de l’époque s’est particulièrement détaché du passé soviétique, louant l’action du tsar Alexandre II. « D’un point de vue historique, c’est lui qui a eu raison. Pas Nicolas Ier, pas Staline », a-t-il déclaré. Il est allé ensuite déposer des fleurs sur la tombe du tsar défunt dans la cathédrale Pierre-et-Paul, au cœur de Saint-Pétersbourg. Pour le journal des affaires Vedomosti (édition du 4 mars 2011), les paroles du président signifiaient clairement son peu de goût pour la « modernisation conservatrice » voulue par l’élite politico-militaire fidèle à Vladimir Poutine. C’était un signal fort, mais il est passé inaperçu, hormis d’une partie de l’intelligentsia.

4Tout comme M. Medvedev et son programme de modernisation, le 150e anniversaire de l’abolition du servage n’a guère fait recette. Il y a bien eu des tables rondes, des colloques, des conférences et des articles de presse, mais le thème n’est pas aussi porteur que 1812, et la bataille de Borodino, dûment fêté chaque année désormais avec reconstitution des affrontements et figurants déguisés en costumes d’époque ! Certes l’Église orthodoxe a organisé le 3 mars 2011 une conférence sur le thème de l’abolition du servage à la cathédrale du Saint-Sauveur, il y avait aussi ce même jour une réunion d’historiens au musée polytechnique de Moscou, mais en général on peut dire que ni l’abolition du servage ni le tsar libérateur ne sont des références fortes dans l’imaginaire des Russes d’aujourd’hui.

5En quête d’identité depuis l’effondrement de l’URSS en 1991, la Russie de Vladimir Poutine a choisi d’autres marqueurs historiques. Le 3 mars n’est pas une fête contrairement au 23 février, le « jour du défenseur de la Patrie », autrement plus célébré et, qui plus est, est férié. Sans parler du 4 novembre, la « fête de l’unité » censée rappeler comment les Polonais furent chassés de Moscou en 1612… ou encore du 8 mars la fête des femmes qui donne lieu à un pont (deux jours fériés) et à un grand battage à la TV.

6Étonnée de ce que cette date soit aussi peu célébrée, j’ai demandé des éclaircissements aux collègues et amis russes. Ils m’ont dit que l’abolition du servage était un événement « peu glorieux », une réforme « mal pensée », qui n’a pas laissé de bons souvenirs sans parler du tsar Alexandre II et de sa fin tragique. Avant tout, disent-ils, cet événement et ce personnage historique ne peuvent donner une « charge positive » à la population alors que c’est le cas par exemple pour la commémoration de l’anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie chaque 9 mai (en juin 2011 la Russie a fêté le 70e anniversaire de l’agression nazie sur l’URSS) ou pour la journée du défenseur de la patrie. Certains m’ont affirmé que la référence à l’abolition du servage est un souvenir « honteux » puisqu’il rappelle qu’il y a peu de temps, une grande partie des Russes étaient esclaves. Pour ma part, je constate qu’Alexandre II est rarement mentionné, en comparaison de Pierre le Grand, Staline, Ivan le terrible et même le premier des Romanov Mikhaïl Fiodorovitch. Ses statues et la mention de son nom sont plutôt rares.

7Le peu de succès d’Alexandre II est certainement dû au fait qu’il est perçu comme un personnage faible, or la préférence de l’homme de la rue va aux « partisans d’un État fort » (derjavniki). En décembre 2008 un concours fut lancé dans toute la Fédération russe pour élire « l’homme du millénaire », soit le dirigeant russe le plus respecté. Aux premières heures du concours, le dictateur Joseph Staline caracolait en tête. Pour finir il se classa en troisième position, après le réformateur à poigne Piotr Stolypine. La palme revint au prince Alexandre Nevski, honoré pour ses victoires militaires et sa clairvoyance politique.

8De retour au Kremlin en mars 2012 pour un troisième mandat (64 % des suffrages), Vladimir Poutine joue, tantôt sur le registre de l’homo soviéticus, tantôt sur le passé tsariste et orthodoxe. On l’a entendu récemment comparer Lénine à un saint. « Même l’idéologie communiste est issue des postulats de la religion. On dit que le mausolée [NDLR : de Lénine] ne correspond pas aux traditions. Pourquoi ? Il y a des reliques dans la Laure de Kiev, dans d’autres monastères. Vous pouvez les voir. Il va de soi que nous devons revenir aux sources, mais à un niveau correspondant », a-t-il expliqué le 10 décembre 2012.

9Pour ses deux premiers mandats (1999-2004, 2004-2008), Vladimir Poutine jugea bon de ressortir des cartons une bonne partie de la symbolique soviétique. Dès 1999, il célébra en personne l’anniversaire de la naissance de Staline, le « Petit Père des peuples » ; en 2000, il fit apposer une plaque sur l’immeuble de la Loubianka à la mémoire de Iouri Andropov, l’ancien directeur du KGB (services secrets et police politique), devenu sur le tard numéro un soviétique. La même année, il restaura l’hymne stalinien, habillé, il est vrai, de nouvelles paroles.

10Pour réveiller le sentiment patriotique chez ses concitoyens, restaurer la grandeur perdue de la Russie, la référence au passé tsariste s’impose. La devise du comte Ouvarov « Autocratie, orthodoxie, esprit national », offerte jadis au tsar Nicolas Ier pour asseoir son absolutisme, est redevenue d’actualité. Comme Nicolas Ier, le président russe s’appuie sur la bureaucratie, l’Église orthodoxe et les services de sécurité pour gouverner. Son zest réformateur lui vient de Piotr Stolypine (1862-1911), l’ancien premier ministre de Nicolas II, pourfendeur des révolutionnaires et artisan de la réforme agraire, qu’il lui arrive de citer dans ses discours. Avant son élection, Vladimir Poutine avait invité les fonctionnaires russes à donner un mois de salaire chacun pour faire ériger un monument au grand homme.

11Ayant choisi de tourner le dos à la classe moyenne descendue dans les rues à l’hiver 2011-2012 pour contester sa « démocratie dirigée », Vladimir Poutine s’appuie désormais ouvertement sur la Russie conservatrice, celle des villes-usines entièrement subventionnées par l’État, celle des mineurs, des ouvriers, du complexe militaro-industriel (VPK) et de la bureaucratie. « Notre pays, surtout dans les moments difficiles, s’est toujours appuyé sur l’épaule puissante du mineur et du métallurgiste. Je sais qu’ici vivent des gens très sérieux qui connaissent la vraie vie, et pas seulement celle décrite dans les magazines. […] C’est sur vous que je compte », avait-il lancé aux mineurs de Kemerovo (Sibérie) lords d’un meeting de campagne en février 2012.

12Pour cette Russie archaïque et patriarcale, la figure de Léonid Brejnev, l’ancien premier secrétaire du PC soviétique, qui régna sur l’Union soviétique de 1964 jusqu’à sa mort en 1982, semble plus appropriée. « L’époque Brejnev n’est pas une période si négative dans l’histoire de notre pays. C’est un grand plus. C’est lui qui a posé les fondements de notre économie », soulignait en 2011 Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine.

13La presse libérale n’avait pas apprécié. La période Brejnev « a été pour l’URSS non seulement négative, mais une voie vers l’abîme », avait expliqué le journal économique Vedomosti dans un éditorial, pointant le déclin rapide de l’économie soviétique, son inefficacité, l’incompétence de la classe dirigeante. « Seule une personne qui n’aime pas son pays et ne connaît pas l’Histoire peut faire (de Brejnev) un point de repère », avait conclu le journal.

14Ces derniers temps, les comparaisons fusent dans les médias entre Vladimir Poutine et Léonid Brejnev. Caricatures, articles catastrophistes sur la « stagnation » qui se profile en disent long sur la déception ambiante depuis le retour du tsar Poutine au Kremlin, vraisemblablement pour un quart de siècle. Ceux qui ont cru aux discours modernisateurs de Dmitri Medvedev se sentent trahis. Sous quels auspices sera placé le troisième mandat de Vladimir Poutine ? Nicolas Ier, Stolypine ou Brejnev ? Ou les trois peut être ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Jego, « La Commémoration de l’abolition du servage en Russie », ILCEA [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ilcea.revues.org/1827

Haut de page

Auteur

Marie Jego

Correspondante du journal Le Monde à Moscou

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org