Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Texte intégral

1Le présent numéro, ILCEA 19, s’intéresse au domaine des langues et cultures de spécialité vu à travers le prisme des concepts à la fois connexes et antinomiques d’acceptabilité et de transgression, qu’il s’agisse de celles émanant des normes définies dans l’absolu ou celles plus relatives relevant d’un groupe social. S’ajoutent à cela de nombreuses autres considérations liées comme, par exemple, celles relatives aux notions de degré, de jugement subjectif, du seuil de tolérance et de recevabilité, de créativité, etc.

2Force est de constater que le phénomène d’érosion qui ébranle les notions d’orthodoxie et de canon dans de nombreux secteurs de la vie quotidienne s’accompagne, paradoxalement, d’un renforcement des normes dans de nombreux autres domaines, notamment scientifiques, techniques et professionnels. Les notions d’acceptabilité et de transgression dans le domaine des langues, discours et cultures de spécialité se déclinent à des degrés divers dans les pratiques sociales et professionnelles. Entre la tolérance aux imperfections et la condamnation des outrances, l’acceptabilité se présente comme un concept mouvant, témoin de l’évolution des aspirations et des mœurs, et marqueurs d’identité(s), dont le décodage mobilise les champs de l’interculturalité, du relativisme et de la diversité linguistique.

3Les dix articles rassemblés dans le présent numéro se donnent pour objectif de stimuler la réflexion sur l’acceptabilité et la transgression dans le domaine des langues et des cultures de spécialité, notamment dans les situations de communication professionnelle. Les problématiques étudiées relèvent de plusieurs aires linguistiques et s’articulent autour de trois principaux axes thématiques :

Acceptabilité et culture

4Les notions d’acceptabilité et de transgression sont traitées, dans un premier temps, dans le contexte des domaines culturels spécialisés et les discours promotionnels qui en sont le reflet. Quatre contributions, issues d’une réflexion thématique, se penchent sur le sujet volatile de la commercialisation de l’alcool. Les auteurs s’interrogent sur les déterminants et les critères qui définissent les notions d’acceptabilité ou de transgression dans ce domaine, qu’ils soient juridiques, moraux, éthiques ou coutumiers. Ainsi, Shaeda Isani et David Leishman se penchent sur le discours promotionnel de deux marques de boisson alcoolisée, la première sur le discours promotionnel de la Chartreuse verte, fondé sur le triptyque discursif de « secret, sainteté et santé » et son appropriation par le cinéma américain, et le second sur le « vin tonique » produit par les moines bénédictins de l’abbaye de Buckfast, devenu la boisson identitaire de la jeunesse urbaine désœuvrée dans l’ouest de l’Écosse. Valéry Kossov nous propose, quant à lui, une étude des représentations de l’alcool dans le discours politique russe contemporain, notamment des enjeux communicationnels de justification du pouvoir et de crédibilisation de sa politique de promotion de la sobriété. Dans une démarche originale, Sylvie Martin-Mercier examine l’expression des pratiques de transgressions professionnelles et sociales dans la langue et le discours spécialisés à travers la FASP de la bande dessinée financière franco-belge.

Langues et discours de spécialité

5Quatre autres articles portent sur le seuil d’acceptabilité langagière eu égard aux différentes situations de communication professionnelle. Camille Biros analyse les rapports de communication externe de la banque HSBC et fait apparaître une certaine équivoque relative au discours transgressif visant à faire accepter l’idée de baisse de la consommation des ressources. À partir d’un corpus de courriels professionnels, Phillippe Millot nous propose une étude de l’anglais comme lingua franca professionnelle, de sa pertinence et de sa recevabilité dans le contexte des échanges en entreprise. Les deux articles suivants se placent dans le champ de la didactique de l’anglais spécialisé : Inesa Sakalian-Merle des Isles explore la question de la transgression des normes langagières relatives à la syntaxe et à l’orthographe et son impact sur l’acte de communication en milieu professionnel ; Jean-Pierre Charpy et Didier Carnet présentent un projet européen de certification en anglais médical lancé en 2011, le projet sTANDEM (sTANDardised language Examination for Medical purposes).

Traduction spécialisée

6Pour les métiers de la traduction spécialisée, les questions de l’acceptabilité et de la transgression se posent tout à la fois dans le cadre de la pratique professionnelle et celui de la formation, notamment quant à l’utilisation des outils intégrés d’aide à la traduction qui tendent à réduire la part de l’humain et à faire émerger d’autres critères de qualité, notamment ceux relatifs à la rapidité du service et la cohérence terminologique et phraséologique. Élisabeth Lavault-Olléon et Claire Allignol analysent les normes explicites et implicites qui sous-tendent les stratégies de traduction et questionnent la pertinence des normes de management de la qualité et les grilles d’assurance qualité en vigueur chez les professionnels. Le sujet des grilles d’assurance qualité fait également l’objet de l’article co-écrit par Daniel Toudic, Katell Hernandez Morin, Fabienne Moreau, Franck Barbin et Gaëlle Phuez, qui avancent une proposition de grille multicritères pour l’évaluation de la qualité en traduction spécialisée.

7Enfin, la recension de l’ouvrage de Catherine Resche, Economic Terms and Beyond: Capitalising on the Wealth of Notions. How Researchers in Specialised Varieties of English Can Benefit from Focusing on Terms, par Mireille Hardy complète cette livraison de l’été 2014.

8Si une publication scientifique mobilise de nombreux acteurs plus ou moins « invisibles », allant des coordonateurs à l’éditeur en ligne, sa qualité scientifique est garantie par le travail important réalisé par les nombreux relecteurs « invisibles » qui évaluent les articles. Nous tenons ici à remercier vivement tous les relecteurs anonymes de ce numéro qui ont accepté de donner de leur temps et de leur expertise pour garantir sa qualité scientifique.

9Nous souhaitons à tous nos lecteurs une bonne et enrichissante lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shaeda Isani et Séverine Wozniak, « Avant-propos », ILCEA [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://ilcea.revues.org/2398

Haut de page

Auteurs

Shaeda Isani

Université Grenoble Alpes (France), ILCEA

Articles du même auteur

Séverine Wozniak

Université Grenoble Alpes (France), ILCEA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org