Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

« Transplanted Man de Sanjay Nigam, une FASP Santé à visée transdisciplinaire et transculturelle »

Marie-Lise Assier

Résumés

Notre communication s’appuie sur l’analyse de Transplanted Man de Sanjay K. Nigam, roman choisi pour ses ouvertures transculturelles et transdisciplinaires. À l’image de l’homme transplanté, héros du livre, composite d’organes d’origines diverses, les personnages sont des assemblages de multiples cultures. L’étude de cette FASP révèle toute l’importance de la contextualisation. La langue porte les traces de « croyances » et de conditionnements qui se répercutent sur les pratiques professionnelles notamment dans le domaine de la santé/médecine. En présentant des schémas de fonctionnement plausibles et transposables, cette fiction offre des « modèles » à reproduire dans des mises en scènes jouées par les étudiants. Elle démontre également que la littérature a sa place dans un enseignement de spécialisation car elle redonne aux mots tout leur poids et à la lecture sa capacité à changer notre regard sur le monde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : choix de la FASP et objectifs didactiques

  • 1  N° 23/26 d’ASp, Revue du GERAS (1999).
  • 2  Désormais indiqué TM dans les références de cet article.

Dix ans après que Michel Petit a défini la Fiction à Substrat Professionnel comme une « autre voie d’accès à l’anglais de spécialisation »1, ce nouveau genre semble avoir honoré ses promesses, comme en attestent les nombreux articles en didactique des langues de spécialité. Si, comme il le suggère actuellement, la FASP change depuis quelques années de visage et perd de plus en plus son côté « substrat professionnel » pour développer les aspects thriller, alors peut-être faudra-t-il chercher le « profil FASP » chez des auteurs comme Sanjay Nigam. Ses écrits, aux ambitions littéraires, s’appuient sur les expériences singulières du professionnel de la santé qu’il est. Son roman, Transplanted Man2, répond tout à fait aux objectifs et aux besoins de l’anglais de spécialité dans le domaine Santé/Médecine.

1Né en Inde, Sanjay Nigam a grandi en Arizona et a vécu dans divers lieux des États-Unis. Il a travaillé avec Günter Blobel, un lauréat du Nobel Physiologie/Médecine en 1999. Il écrit la nuit et consacre ses journées à la recherche, notamment sur la formation et la régénération des organes. Il est à la tête d’un laboratoire de quinze chercheurs spécialistes du rein à l’université de Californie de San Diego. L’on sent poindre la fascination qu’il a pour cet organe dans l’éloge qu’il en fait dans Transplanted Man :

The kidney is full of wonders! Consider the glomurelus. What a beautiful structure, more beautiful than a sunflower! It filters nearly two hundred liters of plasma every day through its delicately fenestrated capillaries. Then there are the tubules, a million of them finely compressed together, as though fashioned by an emperor’s goldsmith. Have you seen Fabergé’s eggs, the very best of them? Imagine Fabergé stricken by obsessive mania, creating thousands upon thousands of convoluted tubes, thin, intricate structures, tightly packed, all dedicated to the supreme function of acid-base and electrolyte balance —so the lungs can breathe, so the heart can beat, so the brain can think! That marvellous organ is the kidney! (TM, p. 17)

2Cet extrait illustre l’idée centrale de Sanjay Nigam sur les parties et le tout. Professeur de pédiatrie, médecine, médecine moléculaire et cellulaire, il pense que la médecine, la science et l’art ont en commun le fait de rassembler des morceaux épars pour en faire un « récit » : « He weaves parts into a whole »3. C’est ce caractère « trans » qui nous a immédiatement séduite chez l’auteur, transculturel et transdisciplinaire, dans sa personnalité, son œuvre et son souci de créer une unité des êtres et des choses dans des liens parfois invisibles. Transplanted Man a été choisi comme Year’s Best Book par Publisher’s Weekly, en 2002. Il a reçu de nombreuses critiques positives de revues et de journaux comme le Washington Post, le Utne Reader pour qui Sanjay Nigam est l’un des dix romanciers qui changent la face de la fiction. Ce roman est traduit en plusieurs langues dont le français sous le titre de L’homme greffé. Dans Transplanted Man, Sanjay Nigam donne à voir différentes strates professionnelles à l’intérieur d’un hôpital situé dans « Little India », à New York, dans le quartier du Queens composé de multiples groupes ethniques issus d’Asie. Les interactions entre langue et culture, entre représentations et réalité y apparaissent de façon magistrale. Les rapports au corps, aux croyances, au mystère du sens de la vie et de la mort sont appréhendés de diverses manières par les médecins et les patients selon leurs origines. La richesse de ce roman, qui dépasse son fort substrat professionnel au profit de questions d’ordre éthique et philosophique, autorise une diversité d’approches pédagogiques. L’« effet papillon »4, une des métaphores du roman, illustre le fait que bien des projets, conditionnés par des croyances culturelles, sont souvent contrariés. D’abord immiscée dans la FASP pour comprendre l’évolution du genre vers son propre dépassement, nous nous sommes intéressée à ce qu’elle transmet, en privilégiant l’observation pratique.

3En partant d’extraits du roman, l’un des objectifs didactiques est de rendre l’étudiant conscient des liens langue/culture et des rapports culture/comportements professionnels en s’appuyant sur la métaphore que constitue le personnage central, Transplanted Man. La langue du roman est à son image : amalgame de fragments transplantés. Pour les étudiants, ne plus avoir à affronter le bloc monolithique d’un anglais qu’ils imaginent pur, parfait et uniforme s’avère rassurant et leur redonne confiance. La langue de spécialité est ici à saisir dans ses altérations dues aux phénomènes de mondialisation. Développer un regard critique sur les pratiques professionnelles constitue une autre dimension non négligeable de l’étude de la FASP. La séquence pédagogique conduite auprès d’étudiants en Master Professionnel Santé, confirme que la FASP est un support idéal pour la création de scénarios, pour des discussions en cours, pour la mise en cause de schémas de fonctionnement ou de représentations. Les étudiants s’impliquent activement et se libèrent de la peur de faire des erreurs. Âgés de 22 à 60 ans, certains ont arrêté toute étude depuis vingt ans. Cette nouvelle accessibilité de la langue et de son apprentissage les conduit bien souvent à vouloir prolonger l’expérience au-delà des 24 heures accordées par module et beaucoup désirent continuer à lire et à pratiquer.

Transplantation réussie d’une FASP en cours de langue de spécialité

La médiation didactique qu’implique une fiction à substrat professionnel porte, d’une part, sur la vérification de la fiabilité des données, et d’autre part, sur la « récupération » pédagogique d’un matériau essentiel permettant de construire des connaissances utiles pour analyser l’ancrage culturel et contextualiser les apports langagiers. L’étude d’une FASP peut s’avérer être un excellent moyen pour qui veut atténuer les décalages ou les clivages entre enseignement secondaire et enseignement universitaire et entre Sciences et Littérature.

4Dans sa transversalité, le roman de Sanjay Nigam fait passer le lecteur d’un point de vue à un autre, d’une logique à une autre, d’un lieu à un autre. La volonté de transgresser la nature, les lois existentielles, les codes, les conventions, y compris dans le domaine médical, conduit à une certaine forme de transcendance chez des personnages communs qui veulent simplement vivre un peu mieux ou aider à mieux vivre. Le titre est métaphorique tout comme le contenu du roman qui force à une lecture transitionnelle, entre réalité et représentations. La transplantation, bien qu’organique, est à l’image de ce qui se passe dans le minéral ou le végétal, tous règnes confondus.

He nodded and again stared out of the window at the willow tree. He had always liked looking at trees: If he were a philosopher, or a scientist lucky enough to study a purely abstract question for its own sake, he’d try to formulate a theory of trees. Not just the kind in his backyard but also the ductal trees of lungs and kidneys, and countless other treelike structures: corals, blood vessels, lightning, river deltas… Might trees harbor a great secret that transcended the animate and inanimate? (TM, p. 243)

5Le mystère de la vie dans l’animé et dans l’inanimé fait l’objet de spéculations diverses selon la discipline qu’on étudie, selon la culture à laquelle on appartient. Cette lecture ne peut conduire qu’à plus de tolérance et de curiosité. Les expériences des personnages s’inscrivent dans un brassage de cultures ethniques, dans des systèmes de pensée aussi éloignés que ceux de l’Inde et des États-Unis et dans un milieu très spécifique, celui de l’hôpital. La façon dont les individus appréhendent le temps, l’espace, l’organisation sociale et professionnelle nous aident à déconstruire les visions stéréotypées que nous en avons. Cette nouvelle image du milieu hospitalier, du statut de la santé, autant physique que mentale, au sein d’une société plurielle, aide à adopter des comportements communicatifs plus souples. Sanjay Nigam semble également vouloir pacifier l’opposition entre des sensibilités « occidentales » et « orientales » dans le domaine de la santé/médecine, caricaturée et incarnée dans un autre domaine par Tiger, chef cuisinier, qui compose ses plats entre deux mondes : celui du goût fade et celui des épices.

6Le roman de Sanjay Nigam, par sa richesse disciplinaire et culturelle intéresse particulièrement les lecteurs que sont nos étudiants de Master professionnel en langue de spécialité. Dans le domaine de la santé notamment, leurs parcours sont hétéroclites : issus d’études de biologie, chimie, sociologie, psychologie, droit, ou sortis d’écoles d’infirmières ou d’instituts divers, certains travaillent, d’autres ont perdu leur emploi, d’autres encore poursuivent un cursus dit « normal ». Certains n’ont jamais voyagé, d’autres ont participé plusieurs fois à des actions humanitaires à différents endroits du globe. Ils viennent de divers milieux socio-culturels et de pays variés (Pakistan, Inde, Afrique, Angleterre, etc.).

Visée transdisciplinaire de Transplanted Man

Dans le roman, la figure du chercheur se modifie au gré des contextes. Son identité change selon qui la perçoit. Le Dr Ranjan pense que « two decades of failure » font de lui un raté (TM, p. 90). Cependant quand il parle de ses recherches avec le Dr Menaka Bushan son discours contient des accents enthousiastes. En revanche, ses collègues le dénigrent jusqu’au jour où, par chance, il trouve la molécule contre l’insomnie. La direction de l’hôpital, quant à elle, n’envisage le chercheur et sa recherche que sous l’angle du profit et de la rentabilité. Il s’agit, dans toutes ces situations, du même homme, d’une même fonction qui pourtant, pris dans des niveaux différents d’une même réalité, ne va pas utiliser et entendre le même langage. Le milieu professionnel en tant que locus est dépeint dans le roman de façon très réaliste, et comprend la salle d’opération, les urgences, la salle de réanimation mais aussi les couloirs, les ascenseurs, les chambres, les halls. L’hôpital ressemble à une entreprise qui doit faire du rendement et afficher de bons résultats. Le laboratoire de recherche doit trouver des produits permettant de financer les autres services. Le personnel est soumis à une hiérarchie très pesante, fortement ressentie par Sonny, le docteur central du roman. Outre les descriptions très précises de certaines opérations, expériences, traitements et notes de médecin, le thème de la transplantation donne lieu à diverses métaphores. L’hôpital devient alors une machine de guerre où les conditions de travail et la frénésie hospitalière emportent les personnages malgré eux loin de leur vie propre. Ils ont du mal à se connaître. Ils sont en perte et en quête d’idéaux, de rêves. Leurs émotions fragmentées doivent s’adapter à leurs environnements, ce qui finit par les séparer d’eux-mêmes. Dans ce qui semble plutôt être un chaos général, le lecteur glisse dans certaines pathologies et comprend leur fonctionnement de l’intérieur. Ainsi, grâce à l’inertie et la vision ralentie de l’homme hypocinétique, observe-t-il les mouvements démentiels d’une société qui tourne à vide. Les petits détails restitués de façon amplifiée par un cerveau qui fragmente au lieu de synthétiser les informations reçues ne permettent pas d’accéder au sens global des phénomènes perçus. Sanjay Nigam montre dans sa fiction les liens qui existent entre des conditions de travail et des comportements.

7Le substrat professionnel de la FASP alimente la connaissance de l’anglais de spécialité qui fait partie d’un plus grand ensemble langagier et qui donne lieu à l’apprentissage communicationnel et actionnel. Tom Hutchinson résume bien la position de l’ESP dans sa présentation en forme d’arbre : The Tree of ELT (Hutchinson, 1987, p. 17). Dans l’aspect spécifique d’un domaine comme celui de la santé/médecine, la langue de spécialité est à inclure dans une transversalité disciplinaire directement liée à la culture comportementale. Florence Mourlhon explique que le vocabulaire spécialisé est sous-tendu par un mode de raisonnement et des logiques de fonctionnement : le « discours (est) contraint par une situation d’énonciation (lieu social professionnel) à visée pragmatique » (Mourlhon, 2008, p. 36). Nombre d’activités en langue de spécialité font effectivement appel à des compétences décloisonnées comme rédiger un compte rendu de lettres, prendre des notes, etc. Les projets présentés par les étudiants doivent être crédibles et authentiques autant que possible. Ils s’insèrent dans des pratiques utiles pour leur discipline majeure. Ils font cependant appel à des savoir-faire et à des savoir-être transversaux. Or, le roman de Sanjay Nigam propose des modèles de ce type.

  • 5  H. Trocmé-Fabre, Né pour apprendre, Sept films en collaboration avec le réalisateur D. Garabédian, (...)

8La neuropédagogie a montré l’importance des réseaux de sens dans l’apprentissage et l’importance de l’affect5. De Varela décrit, dans L’Inscription corporelle de l’esprit (Varela, 1999, p. 134), « la règle de Hebb » qui donne scientifiquement les raisons d’essayer d’établir le plus de liens possibles, de connexions et d’enrichir les réseaux :

Donald Hebb suggéra que l’apprentissage peut reposer sur des changements qui, à l’intérieur du cerveau, découlent du degré de corrélation de l’activité des neurones : si deux neurones ont tendance à être activés simultanément, leur connexion est renforcée ; dans le cas contraire, la force de la connexion est diminuée.

Ces propos confirment que la langue de spécialité doit être appréhendée dans ses interférences avec la langue générale et dans des situations contextualisées, ce que donne à voir le roman qui est notre objet d’étude. L’ouverture sur d’autres façons de dire et de faire permet d’établir des études comparatives de systèmes.

  • 6  Les citations sont reproduites dans leur typographie d’origine.
  • 7  LANSAD, Langues pour les Spécialistes d’Autres Disciplines.

9Pour Besarab Nicolescu, physicien et théoricien au CNRS, la transdisciplinarité est une nouvelle approche scientifique, culturelle, spirituelle et sociale nécessaire à l’avancée des sciences. Dans La transdisciplinarité, Manifeste, il voit le langage disciplinaire comme « barrage apparemment infranchissable pour un néophyte » (Nicolescu, 1996, p. 63). Il retrace le besoin de liens entre les différentes disciplines qui s’est fait sentir vers le milieu du vingtième siècle avec l’émergence de la pluridisciplinarité et de l’interdisciplinarité ce qui le conduit à définir les différents termes : « La pluridisciplinarité concerne l’étude d’un objet d’une seule et même discipline par plusieurs disciplines à la fois […] Autrement dit, la démarche pluridisciplinaire déborde les disciplines mais sa finalité reste inscrite dans le cadre de la recherche disciplinaire » (Ibid., p. 64-65)6. La langue de spécialité est pluridisciplinaire puisqu’elle englobe différents domaines, différentes langues, mais ses buts restent inscrits dans son cadre LANSAD7. Méthodologiquement, elle peut s’inspirer d’autres disciplines. La didactique des langues puise dans les découvertes faites en neurobiologie ou en neurosciences pour mieux comprendre les fonctionnements sous-jacents aux actes langagiers et mettre en place de nouvelles approches, essayer de nouveaux outils. « L’interdisciplinarité a une ambition différente de celle de la pluridisciplinarité. Elle concerne le transfert des méthodes d’une discipline à l’autre […] sa finalité reste aussi inscrite dans la recherche disciplinaire » (Ibid., p. 65).

10Plus enrichissante encore est la transdisciplinarité dont Besarab Nicolescu prône les mérites : « La transdisciplinarité concerne, comme le préfixe « trans » l’indique, ce qui est à la fois entre les disciplines, à travers les différentes disciplines et au-delà de toute discipline. Sa finalité est la compréhension du monde présent, dont un des impératifs est l’unité de connaissance » (Ibid., p. 66-67). L’anglais de spécialité a une vocation transdisciplinaire car son objet d’étude, la langue, s’adapte à d’autres disciplines et façonne une discipline entre les sciences et les langues. Cette langue est spécifique mais a recours à une langue située au-delà de toute spécificité et dont les évolutions constantes obligent à repenser les apports : [de] quelle(s) langue(s) parlons-nous ? S’agit-il d’un anglais national, international ? Elle doit parfois être très précise et dans d’autres cas, se satisfaire d’approximations. Dans le milieu médical, la terminologie exacte est parfois remplacée par des termes plus généraux, voire des métaphores. La langue de spécialité se conjugue avec une langue nommée « langue véhiculaire » ou « auxiliaire » jusqu’à devenir « lingua franca », langue sans frontières qui aiderait à « transcender les cultures » (Hay, 2009, p. 64). Pour Besarab Nicolescu, il n’y a pas qu’une réalité ; il y a plusieurs niveaux de réalité parfois en un même lieu, en un même moment : « La structure discontinue des niveaux de Réalité détermine la structure discontinue de l’espace transdisciplinaire […] la transdisciplinarité s’intéresse à la dynamique engendrée par l’action de plusieurs niveaux de Réalité à la fois » (Nicolescu, 1996, p. 66). Ces réalités interagissent entre elles comme le démontre Sanjay Nigam dans son roman.

11La FASP est une voie intéressante pour la didactique des langues de spécialité car elle montre la plasticité du langage qui se modifie au gré des situations. Ces altérations sont soulignées par Sanjay Nigam dans une dimension transculturelle. Il donne à voir ces glissements de sens dans des processus plutôt que dans des faits apparents et achevés. Les étudiants apprécient la rencontre impromptue avec des personnages vraisemblables, bien que parfois caricaturaux, qui correspondent à leur univers et auxquels ils peuvent s’identifier.

Visée transculturelle de Transplanted Man

Dans Transplanted Man, du fait que l’hôpital est majoritairement peuplé d’étrangers, côté soignants, côté soignés, les langues déteignent parfois les unes sur les autres et l’anglais se mêle au hindi :

“Sonali, I love you! I love you exactly as you are!” She squinted at him. “Achanack ye mohabat hakan say agayee?” “You don’t understand” he said. “People have warped your mind.” For the first time in weeks she spoke to him in English. “Excuse me, whose mind did you say is warped?” (TM, p. 100)

Quand les mots ne sont plus fiables ou quand ils deviennent non compris, la métaphore vient pallier le manque sémantique. Dans le roman, ce processus est exagéré par l’utilisation d’allégories. Ainsi, le psychologue Docteur Giri devient-il Guruji, gourou, par adaptation au quartier dont les habitants ne savent pas ce qu’est un psychiatre ou un psychologue.

12L’aspect culturel est déterminant car la langue est au cœur des représentations que nous avons de la réalité. Elle les modélise, les véhicule. Suite à de nombreux autres auteurs, Sophie Moirand s’intéresse à la composante socioculturelle de la compétence de communication. Elle la décrit comme la connaissance et l’appropriation des règles sociales et des normes d’interaction entre les individus et les institutions, la connaissance de l’histoire culturelle et des relations entre les objets sociaux. Elle la définit à la suite de composantes plus connues : composante linguistique, discursive, référentielle (Moirand, 1982, p. 20). À ces composantes, s’ajoute dans le Cadre Commun de Références des Langues, la perspective actionnelle qui met en avant l’exécution des tâches en langue cible.

13Le concept « ism » du roman est un bon exemple de visée transdisciplinaire et transculturelle dans une approche actionnelle. Il constitue le thème central du seizième chapitre intitulé « The Pose for the Ism ». Deux adolescents s’intéressent à l’homme hypocinétique, par jeu au départ, par intérêt ensuite, et pour l’un deux, par empathie plus tard. Jay, le plus mûr des deux, pense que ce serait bien qu’il y ait un « ism » pour chaque individu : « An ism that has nothing to do with another ism, but that’s the same whether you’re brown or white or green » (TM, p. 166). Cet « ism » aurait le pouvoir d’arrêter tout conflit. En voyant l’homme hypocinétique, Atul, son copain, pense qu’il pourrait incarner ce concept par une pose : « If we could find the right pose  the pose for the ism  maybe everybody would do it and people would stop fighting! » (Ibid.). Jay en doute. Cependant, l’homme hypocinétique garde la pose que les adolescents lui ont fait prendre et qui ressemble étrangement à celle du penseur de Rodin. L’homme hypocinétique attire le regard des passants intrigués par la posture qui viennent en nombre et qui finissent par payer pour ce phénomène étrange. Les enfants s’enrichissent. Le « ism » est dévoyé par l’argent. Atul, quelques temps plus tard, prendra conscience de son erreur : « He no longer believed in the pose-for-the-ism. In fact, he was amazed that he had been so naive » (TM, p. 315). Ce concept, figé en pose, ne mettrait-il pas en garde contre toute forme de dogmatisme ?

14Transplanted Man constitue une figure qui répond partiellement à cette question : il est l’allégorie de l’Inde, corps mosaïque (TM, p. 70-76). Ce surnom a été donné au personnage principal car il a subi des greffes sur sept de ses organes vitaux. Son corps composite est toujours prêt à lâcher à un endroit ou un autre car les divers fragments, provenant de donneurs d’origines et de religions différentes, semblent incompatibles. Ministre de la santé en Inde, Transplanted Man représente celui qui peut réunir les différentes communautés de son pays : « People began to say he was the last of great leaders, the only one left who could mobilize a fractious nation and chart its future » (TM, p. 11). Il est fier de sa nation et la comprend d’autant mieux qu’il lui semble en être l’incarnation : « […] he reflected, all his suffering had given him insight into the maladies of the country » (TM, p. 12). Pourtant l’hôpital new-yorkais est son dernier refuge car sa vie est menacée de l’intérieur (rejets des greffes) et de l’extérieur (attentat politique). Sonny, docteur en charge de ce patient, fait tout pour colmater les brèches, recoller les morceaux, changer les pièces, en rajouter si nécessaire, mais il s’épuise à ce travail difficile qui fait écho à sa propre vie. L’hôpital, dans le quartier de Little India à New York, est un microcosme des USA avec en arrière plan l’Inde et sa vie politique. Le lieu, bien que dépeint de façon réaliste, semble avoir une vie propre révélée par les métaphores qui le décrivent : « battle war », « army », « hospital choreography ». Les personnages qui gravitent dans et autour de cet ensemble sont tous, en quelque sorte, des « transplantés » venus de diverses régions du globe. Ils vivent plus ou moins bien leur transplantation ; beaucoup développent des maladies physiques ou mentales. Le corps a des liens évidents avec la culture et avec son environnement. Passer d’une culture à une autre l’affecte :

“These days the main show seems to be heart disease.” said Sonny. “At three this morning I was paged to the ER to see a forty-four-year old man with severe chest pain. That makes five Indian men in their forties admitted this week with heart attacks. It’s an epidemic. Scary.” Dr Ranjan’s face became grim. “Even scarier if you’re an Indian man in your forties. Just last month the father of a girl in my daughter’s Bharatnatyam class died of a heart attack. One day he was at the peak of his career, the next day a six-year-old was fatherless.” “I can’t figure it out,” said Sonny “There’s got to be more to it than samosas.” “The real reason must be a mismatch between our genes and the environment,” said Dr Ranjan. “this environment. We didn’t evolve for this lifestyle. Our clocks tick to a different rhythm.” Sonny nodded slowly. (TM, p. 151)

Le corps, les rapports au corps, les comportements sont ancrés dans une culture. Il semble essentiel d’aborder ces questions avec des étudiants, futurs professionnels de la santé. Le passage suivant est le développement d’un thème présent dès le début du roman :

“What’s the story?” “This guy came in with no pulse. We’ve been resuscitating for five and a half minutes, but nothing — nothing at all. […] This man seems awful young for a heart attack.” “That’s what we get for coming here,” interjected an old nurse from Guyana. “We leave our own land, work hard in someone else’s, and die young.” (TM, p. 22)

Ces idées sur les interférences entre l’homme et son milieu font écho à des recherches actuelles comme en attestent les travaux de Boris Cyrulnik, Edgar Morin, Francisco Varela, parmi d’autres. L’aspect transculturel est de plus en plus développé et affiché dans de nombreuses disciplines.

15Le texte s’appuie sur l’intertextualité à partir d’œuvres majeures du monde entier, des citations et des noms variés comprenant aussi bien ceux de George Sand que de Katherine Mansfield ou William James, ou encore Rabindranath Tagore, sans oublier le grand Henry David Thoreau avec son Walden et aussi, en arrière-fond, la Bible. Il est construit des croyances de diverses communautés. Il est lui-même transplantations multiples d’autres textes. Il suggère une nébuleuse Tour de Babel en évoquant l’île de Trinidad où les peuples se fondraient en une seule harmonie selon la vision idyllique de Sonny qui y fait référence à plusieurs reprises :

“It’s just that Trinidad seems like — I don’t really know if it is true, which is why I’m asking — a place for everyone, where everybody has come from somewhere else, where the cultures are all mixed, unencumbered by ancestral echoes.” (TM, p. 231)

Le texte porte les langues qui font des peuples, traces de parcours familiaux, historiques. Dans Transplanted Man, la langue générale est l’anglais américain mais elle a des résonances, des mots d’autres contrées. Elle a subi de multiples greffes qui semblent l’encombrer parfois mais qui l’ont enrichi de parfums, de sonorités et de saveurs nouvelles. Sonny oscille entre la fascination et le dégoût pour ces mélanges omniprésents :

The ER smelled of stool, vomit, mentholated disinfectant, ammonia and, because there was nowhere set aside for the staff to eat, food. Sonny squeezed through a crowd of doctors, nurses and technicians. Everyone was saying something, however unimportant. All spoke English, but with different accents — American, Indian, Carribean, British, East African, reflecting whatever routes they or their ancestors had traveled between the Indian subcontinent and this corner of New York City. Usually Sonny found the variety interesting, but right now he thought even Babel couldn’t have sounded this bad! (TM, p. 22)

16Cette cacophonie est profondément ressentie par l’homme hypocinétique qui est le seul à la percevoir aussi intensément :

Of course, the hypokinetic man didn’t experience his surroundings exactly that way but rather in a fuzzier, more intense version. Neither the old men’s faces nor the saris had wrinkles. The gold on women’s necks glittered more brightly. The heavenly aromas emanating from Tiger’s grill had a more profound effect on him than upon the customers before whom the sizzling dishes were set. And his ears picked up the full gamut of neighborhood sounds: screeching delivery vans, boisterous children heading home from school, film songs, angry taxi horns, cackling telephone-wire birds, buzzing insects. The hypokinetic man’s fractured mind somehow separated all the components of the cacophony and recombined them. He was the only one in the neighborhood who really heard its music. (TM, p. 198)

17À l’hôpital, dans ce désordre permanent, l’environnement professionnel se trouve modifié par les sons, les odeurs, par les gestes et les comportements. Ironiquement, Sanjay Nigam place à l’accueil un vieil homme de bon sens qui a trouvé le moyen simple pour ne pas devenir fou. À chaque personne lui demandant le chemin pour aller à tel service ou tel autre, il répond la même chose : « Go down the corridor, turn right at the end » (TM, p. 6). Dans ses déambulations de somnambule, Sonny traverse différents petits quartiers comme Little India puis Little Korea et Little Vietnam. Il atteint Little Asia puis rentre chez lui sans encombre malgré les dangers évidents (TM, p. 27-28). La magie se mêle à la réalité et les pouvoirs exceptionnels de Transplanted Man pour survivre, conjugués à ceux de Sonny pour le maintenir en vie, ne nous surprennent guère dans cette ambiance particulière :

Sonny’s fingers felt as though they would spark if they touched. Now his electric hands seemed to separate from the rest of him and enter the Transplanted Man’s body. He could feel the erratic pulsations of the Transplanted Man’s blood vessels, the slowing heartbeat that, after a few seconds, synchronized with his own. Then his hands moved deeper, gently carressing the inflamed kidney. He could feel its warmth. Yes — alive, if barely. (TM, p. 223)

18Sonny opère sous l’effet de la marijuana et ses perceptions sont amplifiées. Nous suivons cette scène de l’intérieur et de l’extérieur et accédons ainsi aux différences facettes d’une même réalité.

Transmissions explicites et tacites dans Transplanted Man

La langue américaine est riche de ces fragments venus d’ailleurs. Avec beaucoup d’humour, le texte de Sanjay Nigam fait entrer la littérature dans l’hôpital, dans la matérialité des mots et dans leur puissance transcendantale. Ainsi quand Transplanted Man est au plus mal, Gwen, son infirmière, met-elle sous son matelas des livres ouverts sur des passages qu’elle a longuement choisis, « hoping that one of them would somehow heal the man who believed in the healing power of literature » (TM, p. 215). Gwen est une bibliophile insatiable et partage son engouement pour la littérature avec Transplanted Man. Son amant, Sonny, ne lit pas du tout, ne sait rien du plaisir de lire. Il est dans l’humain, dans l’organique : « I realize that the most important thing is a talent for healing. Talent. I’ve got it – maybe the only talent I have » (TM, p. 219). Gwen est dans le désir, dans la sublimation. Elle prend des cours de yoga pour guérir de ses crises de sexualité compulsive. Sonny est dans l’expérience des corps en souffrance auxquels il doit donner un nouveau souffle.

19Chaque personnage semble être investi d’une mission dont il a plus ou moins conscience et à laquelle il adhère plus ou moins. La mission du chercheur est de chercher mais on veut qu’il trouve et vite ! Il vit dans un univers à part : « You know, I never hear much about the rest of the hospital. The lab is rather remote from the main show » (TM, p. 150). C’est un endroit particulier, sorte de capharnaüm odorant : « Looking for Alvin, Sonny opened the door of the laboratory. Right away his nostrils reacted to the strong phenolic odor […] shelves were stacked high with chemicals, beakers, flasks, graduated cylinders, racks of tubes » (TM, p. 92). Même quand il trouve, Dr Ranjan est en proie au doute et subit la jalousie de ses pairs.

Dr Ranjan continued to fret through the nights, torn between his desire to reveal his findings to an astonished world and fear of ridicule. At times the renown that would surely greet his announcement seemed unimportant. For he realized he’d become comfortable with obscurity. There was something wonderful about a caterpillar in its cocoon: was metamorphosis really so great from the butterfly’s standpoint? (TM, p. 154)

20Sa vie, vouée tout entière à la recherche d’une hypothétique pilule devant soulager la souffrance d’insomniaques de plus en plus nombreux, le rend fragile humainement. Quand Sonny le rencontre, ils ont du mal à se comprendre car ils vivent dans deux logiques différentes. Leurs disciplines ne se croisent jamais. La métaphore semble alors remplacer les mots (TM, p. 151). Quand Dr Ranjan tente d’expliquer à Sonny l’importance de sa découverte, Sonny ressent l’enthousiasme du chercheur mais ne peut comprendre réellement ce que cela a de fantastique :

“That’s really great” said Sonny.” “Sometimes, though, I think there’s too much science going around.” Dr Ranjan frowned. “Would you rather be ignorant?” “I was talking about medicine – the art of doctoring. That’s just as important as the science.” “I’m not sure what you mean.” “The off-the-cuff stuff. What can sometimes save a patient when nothing else works. It’s hard to explain – like trying to explain Charlie Parker’s improvisations. You know the way Bird’s saxophone spontaneously tickled notes, flipped them upside down, always managing to come up with just the right note. He was so good the orchestrated stuff wasn’t good enough. Tell me, how does one explain that?” (TM, p. 152)

21Sanjay Nigam prête à Sonny une idée qui lui est chère : « Medicine, science and art have much in common ». Il développe ce thème dans sa propre présentation8 :

The one thing you end up doing in all these arenas, whether you’re a clinician or scientist or fiction writer, is that you try to synthesize disparate parts into a narrative that provides new insight. […] Balancing creativity and rigorous analysis, you must integrate a lot of pieces of information into a coherent whole, whether you’re practicing in a clinic, dealing with data in a scientific lab, or working on plots and characters while writing a novel.

22Un autre protagoniste majeur du livre est le Dr Giri, psychologue devenu gourou, qui passe de l’une à l’autre de ces fonctions selon les patients qu’il soigne :

“They call you Guruji.” “I don’t encourage it.” “You don’t discourage it.” Dr Giri curled into a wry smile. “With every patient I have to decide whether to don the Guru’s robes or the psychologist’s white coat.” “What do you usually wear?” “Robes.” “What are you going to wear for this appointment?” “The sarcasm is unnecessary. I’m not particularly proud of the compromise.” (TM, p. 141)

Avec Sonny, son côté lacanien apparaît, avec d’autres il est plutôt freudien ou psychothérapeute pragmatique. Le lecteur, à travers ces scènes humoristiques peut reconnaître ses propres peurs, ses propres fantasmes, son propre questionnement. Ces aspects-là sont rarement pris en compte dans les cours et pourtant, ils structurent les motivations profondes des étudiants. L’apprentissage de la langue renvoie à des processus d’apprentissage plus généraux, utiles tout au long d’une vie.

23Ainsi Transplanted Man, de politicien véreux devient-il, à la fin du roman, un sage que l’on vient consulter sur des questions politiques, philosophiques ou spirituelles. Son long cheminement nourrit la métaphore de la transplantation. Les greffes renvoient à des questions éthiques sur le don d’organes et sur ce qu’une vie coûte, dans le sens abstrait et concret du terme, d’un continent à un autre (TM, p. 323-325). Le spirituel et le matériel se confondent. À la question d’Alvin, laborantin, qui vient le voir pour ses problèmes existentiels, Transplanted Man répond d’abord ironiquement puis s’engage de plus en plus sur le terrain des inégalités culturelles et économiques :

Alvin wasn’t sure where to begin. “I’m getting older.” “I sympathize.” “It’s more than that. It’s time for me to attempt, one last time, to find out what it’s all about.” “All is a lot.” “Meaning with a capital letter. Truth with a capital T.” “Do you have something against lowercase letters?” “You know what I’m talking about. I need to decide what to do with my life.” “One must decide that everyday.” (TM, p. 323-324)

24Alvin s’adresse ici à un homme sur le déclin qui va bientôt mourir et l’interroge sur le sens et sur la valeur de la vie, « the Big Question » (TM,324). Transplanted Man transforme cette valeur existentielle en valeur marchande pour dénoncer les systèmes économiques injustes. En langue de spécialité dans le domaine de la santé, ce passage permet de comparer les politiques et gestions de santé différentes en France, en Inde et aux USA, ce qui donne lieu à un travail de recherches plus approfondies.

  • 9  Correction grammaticale apportée au texte par nos soins.

“You see, I was once involved in trying to determine what a life is worth.” “You sound like you’re talking about dollars and cents!”[…] “Much is lost in the exchange rate.” […] “I tried to unsettle the Bhopal settlement,” said the Transplanted Man. “Or did what I could. But I didn’t have the same kind of clout then. Indians sold themselves for less than three thousand dollars each. I couldn’t believe it! Blindness was valued at roughly the cost of a weekend stay at a hotel in Manhattan! An Indian life was judged to be virtually worthless! On the other hand, here in the United States if a man dies in a car accident due to a defect in the car, his survivors are paid thirty million dollars. Here, life has almost infinite value. Yet I, an Indian, am worth one ten thousandth of an American. Or perhaps my value increases now that I am lying in a hospital bed here?” “I don’t see what this has to do with —” “In my own case, it gets even more complicated. On the black market, tycoons who need transplants will pay 100,000 dollars for a kidney, 250,000 for a heart, almost as much for a liver, 20,000 for a cornea, 80,000 for a pair of lungs, 500 for a pint of blood, 40,000 for a quart of bone marrow. Looking at it this way, I have, by virtue of my multipl[ied]9 transplanted body, an accumulated value approaching one million dollars. Pretty good for an Indian, eh? Of course, that is still only one-thirtieth as much as an American is worth.” “You’re mocking me” said Alvin. “I’m mocking myself,” replied the Transplanted Man. (TM, p. 324-325)

25Ce qui touche à l’existence, à l’identité, est résumé par cette métaphore d’homme transplanté (TM, p. 179). Tout corps, toute identité, tout langage est composite. Sonny est le docteur qui veille au bon déroulement et prolongement des opérations de transplantation. Sonny voit, analyse tout par le biais de ses compétences médicales et son univers de prédilection est l’hôpital : « Perhaps there was a psychiatric diagnosis, DSM something or other, for a person overly attached to the hospital. Hospitophilia. » (TM, p. 93). Lors de sa rencontre avec Gwen, il repère immédiatement les détails anatomiques auxquels seul un docteur attache de l’importance. Sa vie est conditionnée par ses analyses de docteur. Son esprit semble toujours en ébullition. Il semble ne jamais pouvoir s’empêcher de penser. Lorsqu’il croise l’homme hypocinétique, il essaie de comprendre à quel cas clinique il est confronté. L’homme hypocinétique est dans le contre mouvement : à la frénésie du monde, il oppose l’immobilisme. Sonny se reconnaît cependant en lui et cela l’effraie :

“Then, there’s that guy inching down Estmoor Street.” “The homeless fellow? What does this have to do with him?” “I feel an affinity for him.” Dr Giri raised his eyebrows: “An affinity, you say?” “When I saw him this morning, I felt like… Well, it’s hard to describe. And sometimes I have an urge to drop everything –as if I’m being called to a far-off place.” “Every voice one hears isn’t necessary delusional.” (TM, p. 142)

26De nombreux personnages sont en miroir : l’homme hypocinétique bouge enfin quand le monde intérieur de Sonny se calme. Il est dans le sens caché des choses. Il représente l’immobilité dans la mobilité incessante du monde. Il pourrait également être, selon la pensée taoïste, la mobilité intérieure de l’immobilité. Les images (métaphore, allégorie) permettent à l’auteur de transmettre des idées complexes sur différents aspects de la médecine dans le monde hospitalier. La FASP permet aux lecteurs de se décentrer, d’être en contact avec différents points de vue. Dans les multiples aspects d’une réalité à culture hybride, ils prennent conscience du fait que chaque être est unique et ils peuvent expérimenter d’autres identités de manière fictive.

Conclusion : Transmissions didactiques de la FASP

La didactique des langues, liée à la linguistique, à la sémiologie ou à la phonologie, sort de ces cadres pour s’enrichir des connaissances d’autres disciplines, notamment celles des sciences humaines. La remise en question constante permet le progrès. La mission du didacticien est transdisciplinaire et transculturelle car il est de plus en plus nécessaire d’adapter ou d’intégrer les savoirs à des demandes diversifiées qui exigent une efficacité actionnelle.

27La séquence pédagogique mise en œuvre à partir des quatre passages extraits de Transplanted Man dans une classe de Master 1 professionnel a favorisé les échanges de parole en classe et la réflexion, non seulement sur la langue, mais également sur les pratiques professionnelles dans des contextes différents. Les morceaux choisis de Transplanted Man correspondent aux besoins des étudiants de Master professionnel santé dans le domaine de la langue de spécialité et permettent un travail sur le vocabulaire de spécialité, sur la grammaire, sur les compétences attendues. En sus, ils ancrent le langage dans des situations plausibles où les personnages vivent leurs relations au monde avec leur affect, leurs non-dits, leurs silences, leurs croyances et évidences. Sanjay Nigam donne matière à décrypter ce qui, au-delà de la langue, participe du langage dans sa kinesthésie : la gestuelle, la distance, le regard, la voix et ses intonations, ses accents. La FASP aide à travailler sur cette capacité à ne pas vouloir accumuler que du savoir mais à vouloir également restituer efficacement une connaissance toujours en devenir. Transplanted Man, à ce titre, est un roman où diverses réalités se superposent, se juxtaposent et où les savoirs sont discutés. Analyser les contextes permet de décliner une même situation en plusieurs interprétations lors de la mise en scène de sketches ou de role-plays. Les scènes donnent lieu à des discussions qui portent sur le domaine de spécialité mais aussi sur son conditionnement culturel lié à un environnement social et à un milieu professionnel. Saisis d’appréhension au commencement de la séquence, les étudiants, même s’ils ne deviennent pas forcément bons en anglais, se remotivent, veulent s’améliorer et continuer à apprendre.

28La réflexion sur la FASP conduit inévitablement à une réflexion plus générale sur la langue et sur le développement de nouvelles compétences. Bernd Müller-Jacquier (2009, p. 42) les définit en termes d’« être capable de », « reconnaître la dépendance culturelle de sa pensée, de ses actes, et de ses comportements », de décrypter la « perspective propre à la culture étrangère », pour ne citer que quelques exemples. L’interrogation sur les liens entre langue et culture touche au problème de l’identité. Jennifer Jenkins démontre que les modèles de comportements linguistiques induisent des « actes d’identité » (Jenkins, 2007, p. 200) ; cependant, l’identité n’existe pas une fois pour toutes et parfois, elle se modifie sans que le sujet en ait conscience : « […] identity is not purely a matter of choice, […] it may also be shaped or even constrained by social context, a phenomenon that currently holds very true for EFL »[English as a Lingua Franca] (Jenkins, 2007, p. 202). C’est pour cette raison qu’Hélène Zumbihl (2009, p. 84) insiste sur le sentiment d’empathie à placer au centre de la relation interculturelle et à développer comme compétence en didactique des langues. Cette aptitude à se mettre à la place de l’autre libère, rend curieux et conduit à développer d’autres attitudes. Dans le domaine de la santé/médecine, elle semble essentielle. Le livre de Sanjay Nigam, comme FASP « réussie », transmet cette volonté d’aller à la rencontre de l’autre.

29La FASP est un moyen de faire entrer la littérature dans les sciences et les sciences dans la langue de spécialité selon une autre approche. Elle permet de réfléchir aux mots, particulièrement à leurs pouvoirs de transformation. La saisie des informations contextuelles, qu’elles soient professionnelles ou culturelles sert avant tout le relationnel. L’enseignement de l’anglais n’est plus perçu de la même façon. Le langage traverse, transforme l’individu qui doit opérer des choix pour échanger, transmettre. L’explicitation des concepts doit se faire dans les croisements transdisciplinaires et transculturels. La FASP, dix ans après, n’est ainsi plus appréhendée de la même façon. Ses implications pédagogiques changent car il devient de plus en plus évident que la médiation du professeur/tuteur dépasse le simple cadre des compétences linguistiques. Les liens langue/culture obligent à définir d’autres critères qui conditionnent le langage. Comment mesurer la contribution de la FASP dans les changements de représentations ou de comportements qu’elle motive ? Pourrait-elle servir de support à des auto-formations tutorées ? Ces questions sont autant de pistes intéressantes, semble-t-il, à explorer dans de futures recherches.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

Bourguignon, Claire, « Apprendre et enseigner les langues dans la perspective actionnelle : le scénario d’apprentissage-action », Grenoble, Conférence Assemblée générale de l’APLV, 7 mai 2007.

Hay, Josiane, « Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca », Interculturel et enseignement des langues spécialisées (I) Comprendre la compétence, Dunkerque, Actes du XXX Congrès de l’APLIUT, vol. XXVIII, n° 1, Les Cahiers de l’APLIUT, février 2009, p. 63-77.

Hutchinson, Tom, Alan Waters, English for Specific Purposes, Cambridge, Language Teaching Library, Cambridge University Press, 1987.

Jenkins, Jennifer, English as a Lingua Franca: Attitude and Identity, Oxford, Oxford University Press, 2007.

Moirand, Sophie, Enseigner à communiquer en langue étrangère, Paris, Hachette, (coll. « F. Formation »), 1982.

Mourlhon-Dallies, Florence, Enseigner une langue à des fins professionnelles, Langues et didactique, Paris, Didier, 2008.

Müller-Jacquier, Bernd, « L’erreur fondamentale d’attribution dans la classe de langue », Interculturel et enseignement des langues spécialisées (I) Comprendre la compétence, Dunkerque, Actes du XXX Congrès de l’APLIUT, vol. XXVIII, n° 1, Les Cahiers de l’APLIUT, février 2009, p. 27-45.

Nicolescu, Besarab, La transdisciplinarité, Manifeste, Monaco, Le Rocher, collection Transdisciplinarité, 1996.

Nigam, Sanjay, Transplanted Man, New York, HarperCollins Publishers, 2002.

Puren, Christian, Paola Bertocchini et Edwige Costanzo, Se former en didactique des langues, Paris, Ellipses, 1998.

Trocmé-Fabre, Hélène, Né pour apprendre, Sept films en collaboration avec le réalisateur D. Garabédian, École normale supérieure Lettres et Sciences humaines de Lyon, 1995.

—, Hélène, Né pour apprendre, La Rochelle, éditions être et connaître, 2006.

Varela, Francisco, Eva Thompson et Eleanor Rosh, L’inscription corporelle de l’esprit, Sciences cognitives et expérience humaine, Paris, La couleur des idées, Seuil, 1999.

Zumbihl, Hélène, « Anglais de spécialité et compétence interculturelle : pour une réflexion transdisciplinaire », Interculturel et enseignement des langues spécialisées (I) Comprendre la compétence, Dunkerque, Actes du XXX Congrès de l’APLIUT, vol. XXVIII, n° 1, Les Cahiers de l’APLIUT, février 2009, p. 77-93.

ASp, n° 23/26, revue du GERAS (1999).

[En ligne] <http://nobelprize.org/nobel_prizes/.../press.html>, consulté en mai 2009.

[En ligne] <http://ric.ucsd.edu/cumulus?id=291>, consulté en juillet 2009.

[En ligne] <http://meded.uscd.edu/Catalog/overview/nigam.html>, consulté en mai 2009.

Ouvrages consultés

Aden, Joëlle, Construction identitaire et altérité en didactique des langues, Paris, éditions Le Manuscrit, 2007.

Buzan, Tony, Use Your Head, [1974], London, BBC Books, 1996.

Claxton, Guy, Hare Brain, Tortoise Mind, Why Intelligence Increases When You Think Less, London, Fourth Estate, 1997.

Cyrulnik, Boris et Edgar Morin, Dialogue sur la nature humaine, La Tour-d’Aigues, éditions de l’Aube, 2010.

Goleman, Daniel, Emotional Intelligence, N. Y., Bantam, 1995.

Kennedy, Chris, Rod Bolitho, English For Specific Purposes, [1984], Hong Kong, ELTS, 1996.

Kornhaber, Mindy, Howard Gardner, Multiple Intelligences: Developments in Theory and Practice dans R. J. Sternberg and M. A. Constas (dir.), Translating Educational Theory In Practice, Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum, 2006.

Lacan, Jacques, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, [1973], Barcelone, Seuil, 2006.

Nigam, Sanjay, L’homme greffé, traduction par Alain Porte, Paris, Le Cherche-Midi, 2002.

Penman, Christine (dir.), Holistic Approaches to Language Learning, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2005.

Petit, Michel (dir.) en collaboration avec Shaeda Isani, Aspects de la fiction à substrat professionnel, Bordeaux, coll. « Travaux 20.25 », 2004.

Roudinesco, Elisabeth et Michel Plon, Dictionnaire de la Psychanalyse, Paris, Fayard, 1997, 2000.

Les Après-midi de LAIRDIL, n° 13, La communication interculturelle, octobre 2006, université Toulouse III, Toulouse.

Haut de page

Notes

1  N° 23/26 d’ASp, Revue du GERAS (1999).

2  Désormais indiqué TM dans les références de cet article.

3  [En ligne] <http://meded.ucsd.edu/Catalog/overview/nigam.html>, consulté en mai 2009.

4   « L’effet papillon » a été décrit en 1972 par le météorologue Edward Lorenz à l’American Association for the Advancement of Science dans sa conférence intitulée : « Predictability: Does the Flap of a Butterfly’s Wings in Brazil Set off a Tornado in Texas? », [En ligne] <http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_papillon>, consulté le 28 avril 2010.

5  H. Trocmé-Fabre, Né pour apprendre, Sept films en collaboration avec le réalisateur D. Garabédian, École normale supérieure Lettres et Sciences humaines de Lyon, 1995.

6  Les citations sont reproduites dans leur typographie d’origine.

7  LANSAD, Langues pour les Spécialistes d’Autres Disciplines.

8  [En ligne] <http://meded.ucsd.edu/Catalog/overview/nigam.html>.

9  Correction grammaticale apportée au texte par nos soins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Lise Assier, « « Transplanted Man de Sanjay Nigam, une FASP Santé à visée transdisciplinaire et transculturelle » », ILCEA [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ilcea.revues.org/444

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org