Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Secteurs d'activité

Le sport et l’implicite de la prédation

Christian Leblond
p. 99-113

Résumés

Les entreprises qui fabriquent et commercialisent des produits sportifs mettent en général l’accent sur l’aspect consensuel du sport, décrit au niveau explicite comme un loisir de masse, paisible et relativement anodin. En appliquant la théorie institutionnelle de l’économiste T. Veblen, théoricien de la classe de loisir, cet article vise à souligner la complexité de la perception du sport en réintroduisant un contenu implicite souvent perceptible en arrière-plan. Le versant obscur du sport est remis dans sa perspective historique afin de mettre en évidence la permanence d’une mémoire collective archaïque, laquelle met en forme certaines de nos perceptions. Le modèle de Veblen peut contribuer à une meilleure compréhension des phénomènes mis en œuvre lors de l’achat d’un équipement sportif. Cette étude ne cherche pas à invalider le postulat de rationalité du consommateur mais à montrer que l’approche institutionnelle permet d’élaborer un modèle plus pertinent, éclairant notamment la politique de prix des équipementiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Leblond, « Le sport et l’implicite de la prédation », ILCEA, 9 | 2007, 99-113.

Référence électronique

Christian Leblond, « Le sport et l’implicite de la prédation », ILCEA [En ligne], 9 | 2007, mis en ligne le 09 juin 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ilcea.revues.org/668

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org